Shakes & Fidget - France  
  #11  
Ancien 24/09/2011, 20h31
Avatar de Lou Ann
Lou Ann Lou Ann est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2010
Messages: 65
Par défaut

Petite minuscule suite. Ouais, ça fait vraiment petit. Enfin j'espère que ça plaira quand même et que les souvenirs que je vous réserve valent le coup d'attendre ^^

Bonne lecture.
__________________
Répondre en citant
  #12  
Ancien 29/09/2011, 19h19
Avatar de Iridan
Iridan Iridan est déconnecté
Héros de guerre
 
Inscrit : May 2010
Lieu: Eburo-Dunum
Messages: 696
Par défaut

Eh bien la petite suite comme tu dis (plus longue pour moi en fait vu les connexions) continue de plaire.
Je pense que ceux qui t'ont lu jusqu'à présent et qui se sont manifestés ne seront pas déçu des souvenirs réservés. Surtout si tu gardes cette qualité d'écriture.

Continue comme ça
__________________
« Je peux vous faire danser comme une marionnette

car votre sang n’a pour seul désir que celui de m’obéir. »
Répondre en citant
L'utilisateur suivant remercie Iridan pour son message :
  #13  
Ancien 03/10/2011, 11h09
Avatar de donk
donk donk est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : February 2011
Lieu: Non loin de Toi.
Messages: 64
Par défaut

Lou!
La suite!
Ca va faire une semaine!
Je meurs d'impatience là.
S'il te plaît, pitié pour mon petit coeur fragile... La suite..
__________________
J'irai Rp sur vos tombes.
just married. 19/10/2011
Répondre en citant
L'utilisateur suivant remercie donk pour son message :
  #14  
Ancien 04/10/2011, 13h42
Avatar de Lou Ann
Lou Ann Lou Ann est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2010
Messages: 65
Par défaut

Bon voilà, petite suite postée. Je pense qu'il y a besoin d'explication cette fois-ci ^^

Flashback dans le flashback, ouais je sais je suis tordue...mais ça on le savait déjà nan ?
Je pense que je vais vous perdre tous à ce moment là. Y a rien de passionnant et surtout...ce n'est pas ce que vous attendez tous. Vous aimeriez savoir ce qu'est arrivé à Lou : p

Mais j'ai eu envie de mettre sur papier des brides de son passé, qu'elle s'en souvienne ou non. Et j'ai trouvé qu'un choc pareil ça fait resurgir bien des choses. J'espère tout de même que vous aimerez en apprendre plus sur Lou.

Vu que la suite est courte, je pense la continuer très vite ^^
__________________
Répondre en citant
  #15  
Ancien 04/11/2011, 23h02
Avatar de Lou Ann
Lou Ann Lou Ann est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2010
Messages: 65
Par défaut

Suite postée Bonne lecture à tous !
__________________
Répondre en citant
  #16  
Ancien 07/11/2011, 15h35
Avatar de Lou Ann
Lou Ann Lou Ann est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2010
Messages: 65
Par défaut

Pas de nouvelle, bonne nouvelle. J'espère que ça vous plait toujours autant.

Sinon suite. Encore ^^
__________________
Répondre en citant
  #17  
Ancien 08/11/2011, 14h00
Avatar de Lou Ann
Lou Ann Lou Ann est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2010
Messages: 65
Par défaut

Allez, suite !

Merci pour vos encouragements cachés : p

Bonne lecture.
__________________
Répondre en citant
  #18  
Ancien 08/11/2011, 14h22
Avatar de Gorwin Marteau-doré
Gorwin Marteau-doré Gorwin Marteau-doré est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : June 2011
Lieu: Près d'une femme que je persécute voyons, n'est aps pervers qui le veux ^^
Messages: 198
Par défaut

Comme toujours je le lis et je ne m'en lasse pas ...
De plus tu apporte toujours un petit quelque chose de plus à chaque fois, ça en devient toujours plus accrocheur, dans le fond on peut comprendre l'impatience de tout le monde pour de nouveaux bouts ^^

Je te souhaite bon courage pour la suite de tes écrits !
Répondre en citant
L'utilisateur suivant remercie Gorwin Marteau-doré pour son message :
  #19  
Ancien 08/11/2011, 20h07
Avatar de Lou Ann
Lou Ann Lou Ann est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2010
Messages: 65
Par défaut

Merci beaucoup Gorwin, j'apprécie d'avoir un avis tout nouveau et je ne savais même pas que tu lisais.

J'espère que la suite te plaira encore ^^
__________________
Répondre en citant
  #20  
Ancien 16/11/2011, 21h50
Avatar de Lou Ann
Lou Ann Lou Ann est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2010
Messages: 65
Par défaut Suite du Rp

Ouais c'est la suite ici. Parce que je n'ai pas le droit de dépasser 50 000 caractères *rit*
Pendant que j'y suis petite référence à mon arrivée par ici. J'espère que ceux qui on eu la (mal)chance de tomber sur moi, cherchant mon chemin pour me rendre dans un coin spécial de la forêt ou qui ont lu après dans les archives feront le lien ; )
Souvenez vous ça a commencé comme ça


_________________________________________






Souvenir, quand tu nous tiens…
Le reste de la journée était passée bien vite. Comme toutes les journées passées en sa compagnie. La nuit était tombée tout aussi rapidement. Installée sur une grosse bûche dans une autre clairière, celle-là chère à leur coeur, Lou Ann contemplait les étoiles qui luisaient dans le ciel en l’écoutant conter ses aventures. Elle ne se lassait pas de l’entendre les raconter bien qu’elle savait pertinemment qu’il exagérait et en rajoutait. Elle savait Ô combien il voulait l’impressionner. Et elle le laissait faire. A quoi bon lui dire qu’il n’avait pas besoin de ça, il ne l’écouterait pas.
Et puis bizarrement, alors qu’il ne l’avait jamais fait auparavant, il parla de toutes ses histoires qu’il n’avait jamais dites, celles qui le montraient fragile et dévoilait ses failles. Lou écoutait, encore plus attentive à chaque détail. C’était tellement surprenant qu’elle ne pouvait faire autrement. Il lui raconta qu’un jour, alors qu’il poursuivait un petit voleur à l’étalage, il s’était retrouvé en mauvaise posture. Il n’avait alors compris qu’on le dirigeait dans un piège que bien trop tard. Il s’était retrouvé encerclé par six colosses taillés comme des armoires à glaces, bien décidés à venger ceux qui s’étaient fait avoir par lui. Il savait qu’aussi fort qu'il était il ne survivrait pas à cet assaut.
Lou Ann frissonna. Ce n’était pas l’air ambiant qui s’était drapé de la douce froideur de la nuit mais bien ces quelques mots. Elle se doutait bien que bon nombre de fois, il avait approché la mort. Les cicatrices qu’elle avait déjà pu apercevoir sur son corps musclé le démontraient. Mais l’entendre le dire si clairement l’avait glacée d’effroi. Elle se cala donc tout contre lui, sa tête posée sur son épaule, pour sentir sa présence, être sûre qu’il était bien là avec elle. Lorsqu’elle reprit le fil de l’histoire, elle vit qu’il ne s’était même pas arrêté de parler et avait enchainé sur la suite des évènements très rapidement. Il avait en effet déjà perdu son épée et on s’amusait apparemment à le rouer de coups. On lui infligeait pires souffrances par goût de vengeance. Lou était très étonnée qu’il garde son calme à raconter de tels souvenirs, à ne pas que sa voix déraille, à rester solide comme un rock à l’image qu’il avait toujours donné de lui. Et puis alors qu’il pensait que le prochain coup serait fatal, plus aucun ne vint. Un cocard à l’œil et un coup à la tête ainsi que toutes ses autres blessures l’avaient empêché de comprendre ce qu’il se passait. Ca avait été le grand trou noir de sa vie pour lui. Il se demandait même s’il ne s’était pas évanoui. Elle était persuadée en son fort intérieur qu’il avait préféré se voir évanoui plutôt que lâche de ne pas pouvoir participer au combat. Toujours est-il qu’il m’expliqua alors que lorsqu’il revint à lui, il vit un carnage des plus sanglants autour de lui. 7 hommes étaient à terre et le petit voleur à l’étalage avait filé. Ceux qui l’avaient attaqué n’avaient eu aucune chance. Ils étaient tous morts et recouverts de leur sang.

- Un compagnon de ceux qui m’avait sauvé la vie avait péri dans la bataille. Une vie pour la mienne, tu te rends compte !

Oui, elle se rendait compte. Il était grâce à eux avec elle en ce moment et c’était tout ce qui importait. L’histoire était tellement prenante qu’elle lui demanda de la reprendre.

- Qu’ont-ils fait ?
- Ils ont jetés et entassés tous les corps de ceux qui m’avaient attaqués dans une fosse qu’ils avaient creusée avant de la recouvrir. Puis pour leurs compagnons, ils ont ramenés sur le lieu le plus de bois mort qu’ils auraient pu trouver et ont érigé un bûcher au dessus duquel il reposa. Et ils mirent le feu. C’était magnifique ! Je me suis renseigné par la suite. L’honneur d’un combattant du peuple du Nord se voit lorsqu’il meurt. Son bûcher doit être à la hauteur de son honneur et de son courage !
- Et il était grand ?
- Oh oui ! Il avait dû accomplir de grandes choses. Mourir ainsi pour me sauver, ca devait valoir le coup !

Lou Ann lui tapa l’épaule et rit. Il n’avait pas pu s’empêcher de dire une vanne pour se mettre une fois de plus en avant. Lui, se massa l’épaule comme si ça lui avait fait quelque chose alors que Lou Ann savait pertinemment que ce n’était pas le cas. A vrai dire, elle s’était même fait mal en le frappant mais elle ne voulait pas l’avouer… De plus il s’était joint à son rire.

- Hey mais ça va pas ! Qu’est-ce que j’ai dit encore ?
- Tu sais très bien ce que tu as dit !
- Et alors ? Si je ne le fais pas moi-même personne ne le fera !

Il regarda furtivement Lou avant de reprendre, le plus sérieusement du monde.

- D’ailleurs ça me fait penser, j’aimerais que mes amis fassent un énorme feu pour moi, dans cette clairière, si je meurs Lou.
- Samuel je…
- Allez, s’il te plait Lou je suis sérieux ! Jure-le-moi ! Jure que n’importe où où tu te trouveras tu reviendras pour le faire ce feu !

Elle le regarda intensément, se demandant bien pourquoi il pensait à ça maintenant. Ne trouvant pas de réponse sur son visage elle opina finalement. De toute façon que pouvait-elle faire d’autre ?

- D’accord Sam. Mais de toute façon il n’est pas question de ta mort dans les jours à venir.

Un long silence s’installa entre eux deux et clôtura ainsi la conversation. Mais ça leur importait peu. Ils préféraient regarder les étoiles au calme comme ils l’avaient fait bon nombre de fois. Puis, Samuel sortit une bouteille de son sac et la tendit à Lou. Elle le regarda incrédule, il avait un sourire malicieux sur les lèvres.

- En quel honneur ?
- Minuit passé Lou. Tu as un an de plus.

Lou Ann rit. Il y avait pensé. Il s’en était souvenu. Il allait être finalement le premier à lui fêter.

- Et la bouteille c’est mon cadeau ? dit-elle taquine.
- Entre autres…
- Entre autres ? Et tu m’as prévu quoi d’autres ?

Sam la regarda. Sous ce regard si intense qui semblait la mettre à nue, le cœur de Lou Ann flancha et rata un battement, puis deux. On aurait pu croire qu’elle regrettait d’avoir posé une telle question et pourtant c’était tout le contraire. Alors qu’il posait déjà sa main sur sa joue pour la lui caresser avec une infinie douceur, Lou n’eut même pas le temps de réagir qu’il s’était déjà penché vers elle pour l’embrasser. Il l’avait fait de nombreuses fois et pourtant, ce moment dépassait de loin tous les autres. Les lèvres de Sam rencontrèrent celle douces de Lou. Alors, tandis qu’il glissait sa main sur sa taille pour la rapprocher de lui et l’enlacer, il lui offrit un long et fougueux baiser, empli de tendresse, d’amour et de passion. Des larmes montèrent aux yeux de Lou Ann alors que son cœur devenu fou battait la chamade. Une larme même vint glisser sur son visage. Elle ne pouvait rêver mieux comme cadeau en cet instant magique qui resterait à jamais gravé dans sa mémoire.
Il ne l’avait encore jamais embrassée de cette façon. Comme s’il s’apprêtait à lui dire après un an ensemble il l’aimait. Comme s’il savait qu’il l’embrassait pour la dernière fois. Comme s’il savait qu’elle partirait le soir venu, sans le dire à personne et qu’il ne la reverrait jamais car elle revenue il ne serait plus…

Le léger filet qu’avait formé la larme sur sa joue devint rouge lorsqu’il rencontra le sang dans lequel Lou Ann baignait depuis déjà un bon moment. Au vu de la quantité qui s’était répandue autour d’elle, il ne lui restait plus que quelques instants à vivre. Elle ne souffrait plus d’ailleurs, ou plutôt elle ne ressentait plus la douleur tellement elle avait mal. Elle avait froid. Le froid de la mort qui envahit l’être quand elle est proche et l’enveloppe. Elle avait froid et en même temps si chaud de ce souvenir de ce moment là de sa vie. Cette douce chaleur l’entoura comme si la mort l’avait emporté et qu’elle était passé de l’autre côté. Elle avait l’étrange impression de quitter son corps charnel et de voler au dessus de lui. Il faisait noir autour d’elle. Puis, elle vit au loin une lumière. Cette lumière, c’était celle des légendes. Quand on meurt, on entre dans un tunnel et puis on voit la lumière. Une lumière chaude et éblouissante. Pour Lou Ann, cette lumière grandissait de plus en plus comme si elle se rapprochait d’elle pour l’englober, pour la prendre sous son aile et la soulager de toutes ses souffrances et lorsque ce serait le cas, elle ne serait plus de ce monde à son tour…

***

- Zoryon ! Arrête de faire l’imbécile, tu vas te rompre le cou !
- Ne t’inquiète pas pour moi Shaé. Je maîtrise.
- Ne compte pas sur moi pour te réanimer. Je ne réveille pas les morts !

Zoryon faisait la perche à une main depuis bien cinq minutes, calant sa main avec adresse sur la scelle de son cheval qui avançait à allure modérée. Cette position des plus étranges mettait en avant sa fine musculature mais qui pourtant inspirait force et respect. La réplique de Shaé ne fit même pas peur à Zoryon. Il lui tira même un sourire. Il continuait ses acrobaties comme si de rien était. Il balançait ses jambes en l’air comme s’il cherchait toujours plus à côtoyer le risque de tomber à la renverse. Il aimait l’alarmer alors qu’il ne craignait pourtant rien. C’est vrai, ces propos reflétaient la vérité. Il maîtrisait. Il aimait jouer avec le feu. Il aimait sentir qu’elle s’inquiétait pour lui, sentir qu’elle tenait à lui. Même si ça le faisait passer pour le pire des idiots à son égard. Il savait de toute façon que c’était ce qui avait charmé Shaé la première fois qu’ils s’étaient rencontrés.

Il se rappelait d’ailleurs qu’à cette époque, il n’était qu’un pauvre saltimbanque, contraint pour se nourrir d’amuser la galerie de ses tours plus farfelus les uns que les autres. Alors qu’il faisait rigoler son public avec ses acrobaties tout en jonglant, elle était apparue parmi la foule. Ils auraient bien pu être mille, il n’avait vu qu’elle. Et ne voyait encore qu’elle lorsque les balles qu’il avait lancées en l’air lui étaient retombées sur la figure. Le public pensant que ça faisait partie du spectacle s’était mis à rire et applaudissait. Ils balancèrent quelques pièces en l’air mais Zoryon ne les ramassa même pas, toujours subjugué par cette femme qui avait déjà disparu en même temps que la foule. Zoryon s’était ressaisi depuis. Surtout quand il comprit qu’à chacun de ses numéros présentés, elle était là à le regarder, à rire de ses idioties, ses maladresses plus involontaires que voulues. Il cherchait toujours plus à lui en mettre plein la vue, se surpassant pour trouver sans cesses de nouvelles choses, toujours aussi drôles, bien que le plus souvent ce n’était pas de sa faute.
Et puis un jour, elle était restée, alors que l’assemblée s’était dispersée à la fin du numéro. Il n’avait pas pu s’empêcher de la fixer, elle en avait rit. Elle cherchait de la compagnie pour un très long voyage, elle voulait que ce soit lui, il en avait bégayé. Il avait fini par accepter, avec bien du mal pour aligner les mots qu’il fallait pour former une réponse compréhensible, et ils ne s’étaient plus quittés depuis. Il avait toujours tenté de la protéger, malgré ses piètres compétences en combat mais son agilité et ses idées farfelues avaient toujours comblé ses lacunes.

Ils ne s’étaient jamais quittés. Même pour de long voyage comme celui qu’ils venaient d’accomplir. Shaé avait eu besoin de quelques herbes rares pours ses potions qu’on ne trouvait qu’à 10 jours à cheval de leur cité, qui avait accueilli Zoryon comme s’il avait toujours été l’un des leurs. Ils étaient sur le chemin du retour et Zoryon avait entrepris de divertir un peu Shaé. Il n’avait rien trouvé de mieux que de faire le pitre sur son cheval. Même si ça avait produit l’effet escompté, Shaé commençait vraiment à s’inquiéter et elle ne tarderait pas d’insister pour qu’il se remette en position normale. Comme si les chevaux étaient d’accord avec ses pensées, ils s’agitèrent étrangement. Zoryon manqua de s’écrouler mais réussit à retrouver l’équilibre. Shaé en profita donc pour de nouveau le réprimander.

- Zoryon s’il te plait arrête et assis-toi correcte…ment…

Un cri animal avait percé le ciel à ce moment là et le regard de Shaé s’était naturellement porté sur l’étendue bleue sans nuage qui les surplombait. Au loin elle avait distingué des oiseaux, probablement des vautours formant des spirales dans le ciel. Cette vision l’avait coupée dans ses paroles, il semblait y avoir en effet de quoi attiser la curiosité de ses volatiles avides de chair fraiche, en dessous d’eux. Shaé redoutait le pire, un mauvais pressentiment l’assaillait.

- Zoryon, rassis-toi !

L’ordre bref de sa compagne avait tout de suite convaincu Zoryon qu’il fallait l’exécuter. Il se rassit et scruta l’horizon que pointait d’ailleurs du doigt Shaé et comprit ce qu’il leur restait à faire. Ils échangèrent un regard rapide et talonnèrent leur monture pour se précipiter sur les lieux.
Et l’horreur de la scène fut bientôt à portée de vue. Des corps, peut-être une dizaine, étaient éparpillés, baignant dans une marre de sang énorme qui n’avait pas encore été absorbée par le sol sableux de la zone désertique où de toute évidence, un combat des plus sanglants avait eu lieu. Ils ralentirent leurs chevaux et Zoryon descendit bien vite du sien pour inspecter les corps. Shaé le rejoignit quelques instants plus tard, retrouvant la terre ferme gracieusement. Elle l’aida à vérifier s’il y avait des survivants mais plus ils avançaient, et plus l’espoir disparaissait. Les charognards continuaient d’affluer et Zoryon s’étaient éloigné un peu de Shaé pour tenter de les faire fuir. C’est alors qu’elle l’appela, une pointe d’espoir dans la voix.

- Zoryon !

Il se rapprocha d’elle a à la vitesse de l’éclair et l’interrogea du regard. Elle était à genou près d’une jeune fille. A voir tout le sang qui avait dû s’échapper de son corps on doutait qu’une quelconque vie puisse encore s’y trouver à l’intérieur. Et pourtant…

- Elle est vivante ! Avec une bien belle blessure au niveau du cœur ou juste en dessous. Elle est vivante mais je la sens partir… Zoryon ?

Nul besoin d’en dire plus. Zoryon avait compris. Shaé inspira profondément, le processus pouvait commencer…


***


Shaé l’avait trouvée agonisante, étendue sur un sol semblant glacial alors que le soleil tapait dans cet endroit désertique. Elle voyait sa vie s’échapper par le trou béant dans sa poitrine, vie qui ne serait plus si elle était arrivée une minute plus tard. Elle avait inspecté sa blessure avec minutie et une étrange rapidité comme si le simple fait d’avoir apposé ses mains sur la blessure avait suffit à savoir tout ce qui c’était passé. La blessure était affreusement profonde et on l’avait même apparemment transpercé de part en part. Le cœur était sévèrement touché, il ne semblait même plus battre et les muscles autour étaient en charpie, une vraie bouillie sanglante. Shaé se demandait par quel miracle la jeune fille avait pu tenir aussi longtemps agonisante.
En temps normal elle aurait d’abord administré un produit pour que la personne ne ressente plus la douleur qui allait l’habiter lorsqu’elle utiliserait son art. Mais pour cette fois-ci, elle ne l’envisagea même pas une seconde, déjà parce que elle n’en avait plus le temps et parce qu’elle en était sûre, la souffrance de la jeune femme avait du être telle qu’elle ne ressentait déjà plus rien.

Sa vie ne tenait vraiment qu’à un fil mais c’était suffisant pour Shaé. Alors que le sang déversé et qui imbibait ses vêtements avait complètement caché l’endroit exact de la blessure, elle y posa pourtant à nouveau ses mains, sans aucune hésitation. Elle ferma les yeux et lorsqu’elle les rouvrit ceux-ci étaient devenus complètement vert fumeux et fluorescent, comme si elle était possédée. Elle prononça toute une série de mots, plus incompréhensibles les uns que les autres. C’était sans doute une incantation qui mettait en œuvre le rituel.
Impassible, elle répétait inlassablement ces mots alors qu’une étrange lumière verte s’échappait de ses mains. Tel un serpent, celle-ci glissa par la blessure à l’intérieur du corps étendu. Elle s’éparpilla et se rependit, imprégnant petit à petit les tissus. Elle nettoyait ainsi la zone pour la suite, faisant disparaître entre autres le sang qui noyait le reste des muscles et surtout le coeur. Et lorsque cette lumière verte recouvrit totalement la partie endommagée, la magie opéra. Des filaments verts prirent vie, s’entrelacèrent et formèrent au fur et à mesure une sorte de filet végétal. Cette structure renforçait les muscles autour du cœur qui avait seulement été partiellement endommagés, les raccommodant, les solidifiant. Puis, les tissus des muscles étant comme cousus, rafistolés pour être entièrement reconstitués, la magie continua son chemin. Les fils s’enroulèrent telles des lianes autour des veines, artères et autres vaisseaux sanguins, en reforma certains qui avait été détruits. Ces filaments suivirent leurs tracés et rejoignirent ainsi le cœur qui ne ressemblait d’ailleurs plus à pareil organe. Ils le reformèrent méthodiquement. A mesure que le sort opérait, il semblait vouloir se remettre à battre comme électrisé.
Tout semblait réorganisé, prêt à fonctionner de nouveau dans peu de temps. La structure végétale était là pour mettre en marche la machine et maintenir ce corps en vie alors qu’il n’aurait plus dû l’être. Le flux vert lumineux finit son travail jusqu’à la moindre parcelle, refermant avec minutie la plaie visible de part et d’autre. Lorsque la peau fut entièrement reconstituée, la lumière verte s’échappa entièrement du corps et les filaments verts se solidifièrent soudainement, en une fraction de seconde. Sous le choc qu'avait provoqué cette solidification, le cœur se remit à battre immédiatement normalement, comme si de rien était. Shaé s’écroula d’épuisement sombrant dans l’inconscience tandis que les yeux de Lou Ann s’ouvrirent d’un coup, comme par pur réflexe, une étrange lumière verte se mélangeant à ses iris bleus.

Shaé avait réussi à accomplir un miracle, elle était en vie.

***

Lou Ann se réveilla en sursaut pour la énième fois. Son cœur battait à tout rompre, claudiquait comme un mécanisme rouillé. Elle était à bout de souffle, sa respiration était saccadée au rythme des battements irréguliers de son cœur. Elle avait chaud. Les draps bien mis sans dessus dessous dans lesquels elle se trouvait étaient trempés. Elle avait chaud et en même temps froid. Son cauchemar lui avait encore une fois glacé le sang même si elle ne se souvenait absolument de rien. Elle savait juste que c’était un cauchemar, la peur étant toujours présente en elle.
Elle s’était réveillée en sursaut mais cette fois-ci elle était bien lucide, pleinement dans la réalité. Elle se frotta les yeux pour voir où elle se trouvait parce qu’à première vue, elle ne reconnaissait pas l’endroit. Son cauchemar l’avait sûrement plus désorientée qu’elle ne l’aurait cru. Et pourtant, quand elle rouvrit les yeux, l’endroit ne lui était pas familier. Au vu de la lumière qui transperçait les vitraux aux tons jaune orangé de la seule fenêtre de la pièce, il faisait jour. Les rayons du soleil emplissaient l’endroit de couleurs chaudes. Lou Ann ne savait pas où elle se trouvait ni ce qu’elle faisait là mais ces couleurs avaient le don de lui apporter la bonne humeur. Elle se trouvait dans une pièce aux murs en terre cuite avec pour seul mobilier un lit sur lequel elle était assise, une table de chevet, une armoire avec une glace posée sur la porte mais dont Lou ne voyait pas encore son reflet, et une chaise… qui était occupée. Un homme y était assis, la tête penché en avant, preuve qu’il dormait.
Un sourire timide apparut sur le visage de Lou. Lui endormi, elle pourrait inspecter les autres pièces car elle n’avait vraiment aucune idée de comment elle avait atterri là. Elle chassa donc les draps plus loin et posa ses pieds sur le sol qui s’avéra être affreusement glacial. Les dalles en pierre lisses avaient provoqué en elle d’étranges sensations. Elle retira vivement ses pieds du sol mais le mal était déjà fait, son cœur ralentit, sa respiration devint irrégulière. Elle apposa sa main tout contre son cœur par réflexe, cherchant à retrouver une respiration des plus normales. Alors qu’elle glissait sa main sous sa poitrine comme pour se masser et apaiser son cœur, elle arrêta son geste soudainement, comme si quelque chose la gênait sous ses doigts. L’étonnement de sa découverte la fit curieusement reprendre son souffle et son cœur se remit à battre un peu près normalement. Elle chercha donc de quoi protéger ses pieds du sol froid, ce qui ne fut pas difficile, ses bottes se trouvaient près du lit. Elle les enfila à l’arrache et marcha jusqu’à l’armoire. Elle voulait voir de ses propres yeux ce qui clochait chez elle.

Et ce qu’elle vit la déboussola. Arrivée devant la glace elle ne se reconnut même pas. Sa peau était livide, un teint presque verdâtre qui lui fit peur, comme si elle était un mort vivant. Ses yeux qui habituellement étaient bleu lagon et lumineux, semblaient plus verts qu’autre chose. Les énormes poches sous les yeux lui indiquaient que ces dernières nuits avaient été fort agitées et que ça faisait au moins une semaine qu’elle se trouvait ici. Mais ce qui la bouleversa le plus, c’était sa chevelure. Ces si beaux cheveux long dorés n’étaient plus. Elle ne l’avait même pas remarqué depuis qu’elle s’était réveillée. Ses cheveux ne mesuraient même pas 5 centimètres. Ils étaient légèrement bouclés, des mèches rebelles étaient éparpillées un peu partout sur son crâne que sa masse chevelue, qui n’était pourtant pas bien conséquente, recouvrait heureusement entièrement. Elle faisait peine à voir.
Ce n’était pas elle. Ca ne pouvait pas être elle. Elle ne se rappelait pas comment elle s’était retrouvée là mais, ce qu’elle savait c’est que le miroir ne reflétait pas la bonne personne. Elle se regarda de plus près mais rien n’y fit, rien ne changea. Sous le choc de son reflet elle recula puis perdit pied.

- Hey reste avec nous veux-tu…

L’homme endormi sur la chaise s’était réveillé et l’avait rattrapée in extremis avant qu’elle ne tombe au sol. Il la soutint pour ne pas qu’elle s’écroule de nouveau. A ce moment là une femme entra dans la pièce par la voute qui faisait office de porte. Il ne lui fallut pas plus de trois secondes pour arriver jusqu’à eux.

- C’est comme ça que tu la surveilles Zoryon ?
- Désolé Shaé, je me suis endormi…
- Ca va, ça va je vais bien…

Lou Ann s’écarta presque violemment des deux individus même si ce n’était pas voulu. Elle voulait simplement montrer qu’elle était forte. Se prouver à elle-même qu’elle pouvait tout supporter aussi. Même son reflet. Alors que Lou Ann se rapprochait de nouveau du miroir, Shaé comprit et entraîna Zoryon un mètre plus loin, à l’écart, pour lui laisser de l’espace. De nouveau, Lou faisait face au miroir. Elle essayait de s’en détacher mais rien à faire. Elle fixait le miroir de ses yeux verts.

- Comment est-ce possible ? Comment suis-je arrivée ici ? Comment… mes cheveux, ma peau, mes yeux…
- Tu ne te souviens de rien Lou ?

Lou Ann regarda d’un bref coup d’œil dans le miroir la femme qui venait de parler. En temps normal, elle se serait demandée comment elle savait son nom, mais elle se sentait vide. Elle ne se souvenait de rien non. Elle repassa machinalement sa main au niveau du cœur comme quelques temps plus tôt et se rappela que quelque chose clochait à cet endroit. Sans aucune gêne elle leva soudainement sa tunique, dévoilant un peu sa poitrine, encore malgré tout fine et gracieuse. Zoryon grimaça et par respect pour elle, détourna le regard jusqu’à se mettre de dos. Shaé ne put s’empêcher de sourire mais ne dit rien et la laissa faire. Lou Ann fixait le haut de son ventre. Une large cicatrice descendait de sa poitrine vers un peu plus bas. Elle ne put s’empêcher de passer ses doigts dessus, pour vérifier si elle était bien là, si elle ne rêvait pas.
Et par ce contact, le déclic se produisit. Elle se rappelait enfin de ce qui s’était passé. L’attaque, sa longue agonie, sa traversée du tunnel, la lumière éblouissante à portée de main. Elle avait cru entendre la voix de Sam derrière la lumière qui lui disait de repartir, que ce n’était pas le moment, qu’elle devait quitter cet endroit. Et puis elle s’était sentie tirée vers l’arrière, elle s’était retrouvée à flotter au dessus de son corps, avait vu cette femme dans la pièce auprès d’elle à la sauver et puis avait enfin rejoint son corps. Là, elle avait eu mal. Comme si elle s’était faite électrocutée. Et elle s’était réveillée d’un coup.
Elle se rappelait aussi du long voyage jusqu’ici, à demi inconsciente sur le cheval de Zoryon, celui-ci étant à pied à tirer les chevaux, ne quittant du regard ni elle, ni la femme qui l’avait sauvée, inconsciente elle aussi. Elle se rappela ses longues nuits agitées passées ici, à divaguer. A rêver d’Elle. Séledyn…

- Séledyn…
- Comment ?
- Séledyn… y avait-il quelqu’un d’autre que moi à sauver ?

Zoryon et Shaé la regardèrent, les yeux reflétant la peine qu’ils avaient pour elle. La réponse était sans appel. Une larme coula sur sa joue sans crier gare. Lou Ann ne s’en rendit même pas compte.
Séledyn n’était plus de ce monde. Elle avait survécu. Elle devrait vivre avec ça…

***

Lou Ann flatta l’encolure de sa jument, toujours aussi contente de l’avoir retrouvée. Elle venait tout juste de finir de l’atteler et d’accrocher ses affaires et profitait du calme pour caresser son cheval. Whisper semblait aimer ça beaucoup plus que d’habitude et cela mit en joie sa maîtresse. C’est alors qu’apparut Shaé et Zoryon, accompagné de son cheval. Lou Ann leur sourit avant de s’écarter de sa monture. Zoryon s’approcha de Lou et lui ébouriffa les cheveux.

- Hey !

Ces cheveux avaient un peu repoussé depuis l’attaque grâce à l’aide précieuse de Shaé et de ses potions. Elles les avaient perdus, simple effet secondaire du sort lancé par Shaé, mais ils lui arrivaient maintenant aux épaules. Cependant ils étaient encore courts et déjà bien difficile à coiffer sans avoir besoin de les ébouriffer. Elle lui sourit tout de même. Ce n’était qu’une énième preuve d’affection de sa part après tout.
Zoryon avait décidé de quitter la ville pour faire le voyage avec elle. Elle ne voulait pas être un poids pour lui, l’obliger à quitter sa belle pour s’assurer qu’elle irait bien. Depuis qu’on lui avait sauvé la vie, lorsque quelque chose la contrariait, elle se grattait le poignet inconsciemment. Une sorte de liane était apparue à cet endroit là. Elle était là pour lui indiquer si elle était sur la voix de guérison. Elle s’effaçait petit à petit si c’était le cas ou grandissait si elle rechutait, si elle avait besoin de prendre une des fameuses potions de Shaé pour limiter les dégâts.
Et de toute évidence, cela contrariait Lou qu’il vienne avec elle.

- Tu sais, tu n’es pas obligé de m’accompagner Zoryon.
- Je veux être sûr que tu rentres chez toi saine et sauve.
- Ce n’est pas la première fois que je fais route seule.
- C’est non négociable Lou.

Lou soupira. Elle le savait, pas besoin de le répéter. Mais bon, ce n’était pas comme si Zoryon n’était pas de bonne compagnie. Le voyage risquait de passer plus vite que prévu avec lui. Elle lui sourit de nouveau avant de s’approcher de Shaé.

- Merci pour tout.
- La prochaine fois que tu reviens ici, j’espère que ce ne sera pas pour te soigner.
- Ne t’en fait pas, j’amènerai même des amis qui sait !
- Tiens c’est pour toi. De quoi guérir tes blessures physiques complètement sans moi ! Ne fais pas de folies, j’ai confiance en toi pour te rétablir vite.

Elle lui tendit 3 fioles aux mixtures vertes. Lou Ann avait enfin retrouvé le bleu de ses yeux même si parfois, lorsqu’elle avait vraiment froid, le vert revenait l’avertir qu’elle risquait sa vie. Sa peau avait repris des couleurs et le teint verdâtre qu’elle avait arboré quelques temps plus tôt avait complètement disparu. Elle était guérie en apparence mais tous trois savaient que ce n’était point le cas en réalité. Physiquement et surtout mentalement.

- Merci Shaé. Au revoir.

Les deux jeunes femmes s’étreignirent avec force et tendresse puis Lou Ann laissa sa place à Zoryon qui embrassa sa bien aimée avant de monter sur son cheval comme l’avait fait Lou Ann entre temps. Celle-ci caressa doucement sa poche, là où se trouvait la pierre qu’elle avait trouvée lorsqu’elle avait voulu récupérer les vêtements tâchés de sang, pour l’aider à faire son deuil. Elle en était certaine, c’était Séledyn qu’il lui avait glissée dans sa poche et c’était peut-être la clé de toutes les questions qu’elle se posait.
Lou Ann respira une dernière fois l’air vivifiant de Mmaraviyhlla.
Il était temps de partir.
De rentrer chez elle.
De retrouver les siens et ses amis…

__________________

Dernière modification de Lou Ann, 02/01/2012 à 21h27 Raison: Suite of course !!
Répondre en citant
Répondre

Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé

Navigation du forum


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 11h13.


Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright © by 'Playa Games GmbH'