Shakes & Fidget - France  

Revenir en arrière   Shakes & Fidget - France > Espace de la Communauté > RPG

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #11  
Ancien 30/07/2012, 01h32
Avatar de Gorwin Marteau-doré
Gorwin Marteau-doré Gorwin Marteau-doré est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : June 2011
Lieu: Près d'une femme que je persécute voyons, n'est aps pervers qui le veux ^^
Messages: 198
Par défaut

La réflexion de la jeune femme est certe courte mais semble bien étrangemment gêné l'homme qui tend le parchemin à bout de bras. Les raisons en restent obscurs, mais malgré tout, la patience ne semble jamais avoir été un fort pour cet être encapuchonné. Comme c'est étrange de confronter les ombres éternelles auxquelles il ressemble et son manque de patience flagrant, digne d'un gosse de bas étage... On retrouverait presque l'ancien messager qui s'était un peu plus tôt invité dans la chambre de la chasseuse. Messager qui désormais restait encore bien secret dans ss agissements et ses désirs, malgré sa haine et sa colère apparente.

Sur les toits, les ombres s'écoulent comme la lune continue sons chemin. Lentement, elle descend pour pouvoir aller lêcher les cheveux d'Isil, les faisant en partie scintiller. Des fils d'argent dans le dos de la demoiselle brillent et le monde semble au ralenti. Ralenti qui dure longuement, aussi longuement que la main d'Isil est sure quand elle prend enfin le parchemin dans sa paume. Aussi longuement que le miaulement d'un chat plus loin, blessé un peu plus tôt à la patte. Si longuement que seul une chose brisera cette étrange illusion. Une fois le parchemin dans sa main, un tentacule aux valeurs sombres sort précipitamment du poignet caché sous la longue étoffe de lin, et vient bloquer celui d'Isil avec le parchemin.

Le cri déchirant de l'ombre perce la nuit, immonde amalgame de souffrance et de résignation, preuve d'un coeur vaincu en son sein par une force étrangère et bestial.

Des sifflements se font entendre de toute part, accompagné du bruit des chats miaulant leurs souffrances, et des tuiles ou des poubelles qui étrangemment chutent et se brisent sur les pavés bordés d'ombres. Ces sifflements, aigus et froid, se rapprochent alors que la main d'Isil est complètement bloquée dans le tentacule de ténêbre, et lentement deviennent des crissements, tel un coeur de fourchettes raclant l'assiette froide et futurement sanguinolentes. Apparemment le traquenard avait parfaitement fonctionné, et elle était déjà au coeur de sa mission sans s'en être rendue compte.

Alors que toute tentative de se libérer de l'étreinte de l'homme semble vouée à l'échec, celui-ci semble se contorsionner sous des spasmes de douleurs, et plus les crissement se rapprochent plus il devient évident de ce qui fais l'agonie de l'être. Des fils ! Des dizaines de fils tranchants commes des rasoirs auxquels il sert de bobine, et qui s'enroulent autour de lui en ramenant le fracas des fourchettes avides de piquer dans la chair d'une chasseuse imprudente. Alors que la situation devient critique les crissements révèlent enfin leurs créatrices. Les quart de lunes, les armes de prédilection de son envoyé qu'elle avait remarquée quand il les avaient encore sous sa cape, étaient attachées au bout de chacun des fils, traçant des sillons sanglants au sol, ayant surement déjà rencontrées les corps de quelques félins.

Alors que les lames de lunes brillent comme les crocs d'un prédateur de la nuit, une voix torturée par des dizaines de liens finit par prononcer quelques mots:

-Derrière ... Derrière moi !
Répondre en citant
  #12  
Ancien 31/08/2012, 21h18
Avatar de Kastela
Kastela Kastela est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : August 2010
Messages: 203
Par défaut

Ses rapides coups d'œil des minutes précédentes, le chat, le sang l'avaient laissée penser à ce piège. Sous son stoïcisme, et de même lorsqu'elle avait songé à la situation entre la mort et la mort, une chose était claire pour elle*: qu'elle se mette en face de lui, qu'elle prenne le parchemin... Le pièce était déjà là. Le soucis était que ses pensées bien occupées lui avaient empêchée de s'organiser grâce à cet instinct, cet instinct entrainé par les années qui pouvait permettre de se dépêtrer de situations bien improbables. Sans y réfléchir, et peut-être ceci lui serait fatal, et sûrement cela ne ressemblait pas à une Elfe, eux qui sont normalement si sages et usent du temps avec parcimonie, elle avait décidé d'aller au cœur de la toile pour retourner le piège.
Toutes ces pensées lui revinrent en flèche lorsque les éléments autour d'elle s'agitaient brusquement. De nouveau, elle sembla tout d'abord stoïque. Elle le fut beaucoup moins au contact de la tentacule, quand elle remarqua que son bras y était prit.
Regardant l'homme en face d'elle avec froideur, comme au travers de sa personne, elle se concentra sur les bruits. Elle voulait savoir combien de fils avaient cette toile, où ils étaient. Ses boucles semblèrent retourner un éclat vif à la lune, avant qu'Isil n'enflamme la tentacule qui tenait son bras. Le feu n'éclaira rien, car à vrai dire, Isil brulait cette tentacule en son sein, et elle la fit se consumer à une vitesse assez impressionnante.
La chasseuse laissa le feu s'enrouler autour de l'homme comme s'il était une torche vivante. Cependant, le feu n'était voué cette fois-ci qu'à brûler les fils, et l'elfe ne voulu même pas savoir si son sort était parfait ou non, qu'elle se baissa brusquement pour rouler sur le côté et sortir enfin une dague. Elle voulait voir, espérait avoir assez de lumière pour cela, et savoir ce qui allait ensuite se passer.
Si elle avait transformé l'homme en torche, ou plutôt les fils qui l'entouraient, peu lui important l'état de l'homme si ce n'est qu'il était une nouvelle source d'ennui, mais elle désirait ardemment que son feu remonte les fils, même s'ils n'enlèverait certainement pas l'élan des lames.
Se préparant à la venue d'assassins quels qu'ils soient, les supposant présent du vampire, elle ne comptait à vrai dire nullement sur sa dague qui rougissait sous la chaleur qu'Isil lui donnait. Non, elle comptait sur son feu si précieux dont elle décidait d'en éviter l'usage sur elle même afin de ne pas donner de situation plus exacte que ce qu'elle était déjà.
Ses yeux examinaient la place, les rues, Isil esquivant certaines lames quart de lune de peu. Elle n'avait même pas encore eut le temps de ranger le parchemin dans sa veste.

Quel accueil chaleureux.
__________________

Répondre en citant
  #13  
Ancien 07/09/2012, 19h32
Avatar de Gorwin Marteau-doré
Gorwin Marteau-doré Gorwin Marteau-doré est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : June 2011
Lieu: Près d'une femme que je persécute voyons, n'est aps pervers qui le veux ^^
Messages: 198
Par défaut

À partir du moment où la toile s'était refermée sur l'elfe, les choses allèrent à une vitesse particulièrement surprenante. Ce tentacule qui l'avait attrapé au bras était constitué de magie, mais par chances les flammes d'Isil en brûlèrent les trames aetheryque, troublant bien assez sa structure pour qu'il perde assez de substance et ainsi permettre à la femme d'échapper à l'emprise de l'homme de soie noire. Celui-ci souffrant à genoux, il ne témoignait aucune satisfaction ni aucune déception quand elle s'écarta de l'homme vivement. Il prononça les quelques mots de plus tôt, mais il doutait que l'elfe l'ai entendue.

Alors qu'elle roulait pour s'écarter de son adversaire, celui-ci s'enflamma anormalement vite malgré les flammes de la tueuse de vampire, et il ne laissa pas un cri filtrer de ses lèvres alors que les langues enflammées lapaient son corps et ses protections. Quand elle se releva, il était toujours vivant, mais elle pouvait contempler dorénavant le corps de celui qui, jusqu'ici, était rester voilé. Baigné par les écailles de la salamandre, sa peau roussi avait naturellement une teinte grisée, peu typique des hommes et encore moins des vampires, mais bien plus commune des morts-vivant et en particulier des goules. Que se fussent hier ou dans la nuit, cet homme avait été vampiriser jusqu'à la mort et relevé d'une des manières les plus horribles pratiquées par les vampires, la magie de sang.

Mais elle n'avait pas vraiment le temps d'y réfléchir, même en ayant rouler, elle était dans le centre de la toile de l'homme, et ses nombreux fils n'avaient pas été toucher par les flammes qui actuellement lui mordaient la chair. Aussi les demi-lunes de métal purifié passaient cruellement au travers des rues et des ruelles, tranchant les dalles et les murs, jusqu'à atteindre la grande rue dans laquelle se trouvait Isil et son adversaire. Une fois sortie, certaines étaient aller se planter dans le dos de la goule, n'ayant aucuns obstacles en chemin, tandis que d'autres armes passaient si près de la tueuse que sa chair portait la marque légère d'une lame ayant rasé sa joue ou son bras. La dague rougeoyante produisait quelques étincelles quand Isil parait certaines des très véloces lames en griffes, celle ci tombant alors au sol pour finalement repartir dans le corps de la goule flamboyante un peu plus loin.

Au bout de trois vagues de lames, la rue se trouvant lacérée et les murs porteurs de traces surprenantes, les choses se calmèrent. Les larmes enflammées sur la goule avait disparues, même si l'on entendait encore le souffle rauque du non-vivant criblé de ses propres armes. Du sang impie coulant sur les dalles noircies par les flammes, l'être tressautait encore de douleur, la seule raison encore valable de sa non-vie étant les quelques restes de magie vampirique qui devait couler en lui. Isil quand à elle portait quelques éraflures mais rien de bien grave, le rythme des assauts avait juste été très rapide et assez chaotique pour obliger la tueuse à toujours rester vigilante, ce qu'il y a de plus épuisant. Au moins le premier des pièges qui avait été mis sur son chemin n'avait pas été à l'aune de ce que l'on pouvait en attendre. Pour quiconque d'un peu moins vif et entrainé que l'elfe, s'aurait été la mort assurée.

Le parchemin était par bonheur intacte, et rien ne laissait présager qu'une attaque allait se relancer dans les moments qui vont suivre. Plus un bruit désormais à part le souffle de la victime vampirique à genoux au milieu de la rue, brûlé et planté de toutes parts. Il est clair qu'il mourra dés que le vampire qui dois le contrôler relâcheras sa magie autour du cadavre, mais le simple fait qu'il soit encore en vie laissait entendre que les choses n'était pas terminer avec lui. Ce ne fut donc pas étonnant que la goule se remette à parler, d'une voix qui désormais laissait clairement entendre que c'était le marionnettiste qui s'adressait à elle par le bien de son jouet :

- Quel panache vraiment ! Pourtant les trois autres avaient fait bien plus attention, ils avaient pris des précautions. Pourquoi donc aller droit dans mes invitations ? C'est certes plus amusant, mais cela me fais douter de vos compétences, êtes vous dénués d'instinct ? Ou suicidaire ? L'organisation est-elle si démunie pour oser m'envoyer des chasseuses de secondes zones ? Je ne sais pas mais nous allons nous plaire, venez danser, venez que je vous morde comme vos prédécesseurs, personne ne touchera au seigneur !

Se désarticulant alors complètement, la goule se tortilla étrangement dans un cri de souffrance avant de se repliée sur elle-même, envoyant une gerbe d'os brisées dans plusieurs directions autour de lui, dont certaines vers le corps de l'elfe. Cette attaque est la dernière dans la nuit claire, la goule venant de rendre son dernier soupir dans l'attaque monstrueuse qu'à déclencher son actuel maitre. Une attaque lui ayant brisé le corps dans une énième souffrance méritée ou non, condamnant au passage l'âme du mort-vivant non purgé de l'outrage qui lui a été faite.

Isil a-t'elle le temps d'y penser ? En tout cas elle doit déjà éviter les épingles d'os, dernière provocation d'un adversaire qui se révèle actuellement bien plus compliquer que ce que l'on pourrait estimer au premiers abords. Il y aura un autre obstacle avant sa cible.
Répondre en citant
  #14  
Ancien 26/09/2012, 14h03
Avatar de Kastela
Kastela Kastela est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : August 2010
Messages: 203
Par défaut

Isil reprenait son souffle. Celui-ci était rapide et tous ses muscles étaient encore tendus à leur maximum. Chaque coin, chaque recoin était inspecté par son regard, et son attitude témoignait que ce n'était pas la première fois qu'elle rencontrait ce genre de situation. Peut-être était-ce la première fois qu'elle était aussi nue sans son sceptre face à cela.

Ses boucles d'oreilles rougeoyaient encore lorsqu'elle posa un regard froid sur la dépouille «vivante» de l'homme vampirisé. Le pire des scénarios qu'elle avait pu envisager était là, manifestement, du moins un morceau : l'homme qui était messager avait été intercepté. C'était une des raisons de sa méfiance à l'égard de l'homme arrogant. Mais le fait qu'il ait été intercepté, vampirisé, voulait également dire qu'elle même était déjà – et ses compétences également – percée à vif. Oui, c'était bien le pire des scénarios.

Alors qu'elle portait son attention sur l'homme encore magiquement éveillé, dague en main, la voix qui s'éleva confirma son scénario.

-Quel panache vraiment ! Pourtant les trois autres avaient fait bien plus attention, ils avaient pris des précautions. Pourquoi donc aller droit dans mes invitations ? C'est certes plus amusant, mais cela me fais douter de vos compétences, êtes vous dénués d'instinct ? Ou suicidaire ? L'organisation est-elle si démunie pour oser m'envoyer des chasseuses de secondes zones ? Je ne sais pas mais nous allons nous plaire, venez danser, venez que je vous morde comme vos prédécesseurs, personne ne touchera au seigneur !

Au seigneur ? Si tant de vanité habitait ce monstre, c'était bien lui qui parlait, et c'était ce que pensait Isil. Elle se releva pendant qu'il parlait, ne prenant pas la peine de répondre. Qu'aurait-elle répondu d'ailleurs ? Défendre ses capacités était bien inutile.
Elle n'avait pas non plus envie d'expliquer une évidence : les précautions l'auraient tuée pour une raison simple. Elle aurait dévoilé toutes ses cartes directement, et pire, chacune aurait pu se retourner contre elle. Car elle ne sous-estimait pas la puissance d'un monstre autant infâme, non. Elle savait que ce n'était pas les précautions qui sauvaient parfois, les précautions trop récurrentes, trop connues, à double tranchant. Parfois, il valait mieux miser sur l'imprévisible.

La chasseuse était tout de même frustrée. Elle aurait aimé laisser ses flammes de côté, aimé ne pas donner directement sa distinction. L'Écarlate, comme elle était appelée en tant que chasseuse, était la seule à avoir une telle maîtrise du feu.

Ses pensées étaient bien trop accélérées, bien trop présentes. Ce ne sont que ses réflexes de chasseuse et ses nombreuses décennies qui lui permirent de réagir lorsque la chose «éclata». Elle bondit sur le côté, plaçant ses bras et sa dague en protection devant son visage. Elle retomba plus loin vers sa droite, jambes pliés, les bras encore face à elle, mais de par l'angle, lui protégeant à présent également le ventre.

Lorsque le bruit s'arrêta, lorsque la nuit elle même semblait avoir succombé au piège, elle baissa les bras. Son cœur battait à toute allure. Cette nouvelle provocation, ces agissements méthodiques et cette persévérance ne lui laissaient aucun choix. Elle ne pourrait pas retourner en arrière.

- Je ne serais jamais comme eux, dit-elle finalement à voix basse comme pour marquer sa détermination. Parlait-elle des prédécesseurs ou des vampires, seule elle le savait.
__________________


Dernière modification de Kastela, 29/09/2012 à 16h34
Répondre en citant
Répondre

Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé

Navigation du forum


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 15h16.


Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright © by 'Playa Games GmbH'