Shakes & Fidget - France  
  #11  
Ancien 15/04/2012, 13h34
Avatar de Confusius
Confusius Confusius est déconnecté
Héros de guerre
 
Inscrit : July 2010
Gilde: Homme
Messages: 163
Par défaut

Dimitri s'était aventuré plus que de coutume dans cette immense forêt bordant le village, et il n'arrivait plus à retrouver son chemin. Il commençait à avoir peur, puisqu'il savait au combien il était dangereux de s'enfoncer trop loin, les bois regorgeant de surprises, et pas des meilleures...
Il scruta les alentours, à la recherche d'un signe quelconque, même s'il ne savait trop ce qui pourrait l'aider à trouver la route du village. Il aperçut alors un arbre immense, au feuillage rouge et abondant, ce qui était assez rare en cette saison. Il s'en approcha, et fut impressionné par sa carrure. Les racines étaient visibles par endroits, imposant leurs présence et cisaillant la terre sur plusieurs dizaines de mètres. Dimitri en oublia ses soucis un instant, et fut ébahi devant ce vestige de la nature, véritable témoin des temps anciens, le toisant dans toute sa splendeur. N'étais ce qu'un arbre, il n'en fut pas moins admiratif. Il s'en approcha alors et caressa délicatement l'écorce du mastodonte de sa petite main. A son contact, il fut surpris de constater que sa surface n'était pas rugueuse comme il l'aurait pensé de prime abord. Bien au contraire, ses doigts glissèrent le long d'une surface aussi lisse que du verre. Il n'y avait plus un bruit dans cette forêt. Pas un seul chant d'oiseau, pas un craquement de brindille, pas un bruissement de feuille. La nature entière semblait s'être figée, muée dans un silence respectueux, retenant son souffle devant la rencontre de l'arbre, et du garçon qui paraissait bien fragile à ses côtés.

Puis, comme émergeant d'un rêve, tout s'éveilla. Dimitri entendit d'abord le bruissement de l'eau. Il se savait sauvé. Le village étant construit à proximité du cours d'au, il n'avait qu'à le suivre et finirais inéluctablement par tomber dessus. Alors qu'il se dirigeait en direction du tumulte de la rivière, il entendit des clapotis, puis des bruis de voix s'élevèrent non loin de là. Il s'avança prudemment, se demandant qui à part lui pouvait s'être aventuré aussi loin. Caché derrière d'épais fourrages, il aperçut deux personnes. Il reconnut aisément la première, qui barbotait dans l'eau, et un sourire se dessina sur son visage de chérubin. Greavym. Il n'avait plus de soucis à se faire, il pourrait lui demander son chemin. La deuxième personne était de dos, aussi ne la reconnut-il pas immédiatement. Il sortit de sa cachette, et se dirigea vers Greavym. Lorsqu'il le reconnut, l'elfe-vampire l'avisa:

-Hé ! Dimitri ! Viens donc te baigner avec nous ! L'eau est un peu froide, mais on s'y habitue vite !

Dimitri ne broncha pas. Il ne releva même pas le fait que Greavym ne semblait pas impressionné de le voir dans le coin.
Dès que Greavym eu lancé son appel, la deuxième personne s'était retourné en direction de Dimitri, qui se trouvait de l'autre côté du rivage, et ses yeux embrassèrent simultanément le petit Dimitri qui se dirigeait vers eux tout sourire, et le corps musclé de Greavym, qui déjà s'avançait à la rencontre de l'enfant. Elle détourna brusquement le regard.

-Bonjour Dimitri, lança t'elle d'un ton gêné.

Dimitri la reconnue, durant le cours instant pendant lequel elle l'avait regardé.
Son sourire s'élargit encore plus, lui donnant un air niais.

-Bonjour Madame Elenwë !

Greavym s'était extirpé de l'eau, forçant le garçon a enlever son T-shirt et son pantalon. Il le pris alors dans ses bras, et le balança sans autres cérémonies à l'eau, dans un concert de rires et de gloussements.
Dimitri nagea jusqu'à Elenwë, et essaya de la tirer à l'eau en lui agrippant ses pieds qui trempaient. Il se rendit alors compte à quel point il ne pouvait encore rivaliser avec sa force. L'elfe eu un sourire à l'égard de l'enfant, et lui ébouriffa ses cheveux mouillés. Ses yeux se posèrent à nouveau sur greavym, et de nouveau elle détourna le regard, son sourire se transformant en un étrange rictus, ses joues s'empourprant d'une teinte rougeâtre. Dimitri le remarqua, et de toute son innocente naïveté, il lui posa la question:

-Madame Elenwë, pourquoi vous ressemblez à une tomate ? Et pourquoi ne venez vous pas vous amusez avec nous ?

Les joues de l'elfe gagnèrent encore en couleur, et elle ressemblait à présent à un pivoine, jurant étrangement avec la verdure du décors en arrière plan.

-Eh bien...je supposes que... en fait... balbutia-t-elle.

Greavym vint au secours de l'elfe.

-Elle n'aime pas trop l'eau je pense.

L'elfe, surprise, le dévisagea, le remerciant silencieusement d'avoir rompu cette situation plus que gênante.
Dimitri n'insista pas, et se rapprocha de Greavym, qui s'amusait à le lancer en l'air tel un ballon, pour le plus grand bonheur de Dimitri qui retombait dans l'eau en criant.
Dimitri complota à voix basse avec Greavym. Puis, il s'approcha de nouveau de Elenwë, en lui dit:

-Regardez ! je sais faire la baleine !

Il pris une gorgée d'eau et la cracha en jets en l'air, lui donnant un air absolument ridicule. L'elfe, qui par curiosité avait de nouveau tournée la tête vers le garçon, partit dans un fou rire incontrôlable. Lorsque qu'elle parvint à retrouver son calme, elle pu constater que Greavym n'était plus dans l'eau. Trop tard pour réagir, ce dernier l’attrapa fermement sous les bras, et la poussa dans la rivière, sous les applaudissements de Dimitri, qui se rua sur elle, et qui d'une pression sur la tête, la fit couler.
L'elfe émergea de l'eau, se demandant ce qui venait de lui arriver.
Ils jouèrent encore quelque instants dans l'eau, puis le soleil commençant à décliner, ils décidèrent alors de rentrer au village. Dimitri leurs ayant expliquer qu'il s'était perdu plus tôt dans la journée, il se moquèrent gentiment de lui, puis après avoir pris soin de se sécher, il se mirent en marche.

Dernière modification de Confusius, 15/04/2012 à 13h39
Répondre en citant
L'utilisateur suivant remercie Confusius pour son message :
  #12  
Ancien 16/04/2012, 19h36
Avatar de Luvna7
Luvna7 Luvna7 est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2012
Gilde: ... et puis s'en va !
Messages: 87
Par défaut RP Cb Dimitri/Elenwë/Greavym

fin

Dernière modification de Luvna7, 15/10/2013 à 07h22
Répondre en citant
  #13  
Ancien 17/04/2012, 20h56
Avatar de Confusius
Confusius Confusius est déconnecté
Héros de guerre
 
Inscrit : July 2010
Gilde: Homme
Messages: 163
Par défaut

Dimitri avait quelque minutes devant lui. Il voulait en profiter pour retrouver ses amis à la taverne, et son sourire s'élargissait à mesure qu'il s'en approchait. Il poussa la porte avec véhémence et scruta la salle d'un oeil attentif. Il vit Elenwë, avachit sur une table, déjà plongée dans une grande pinte de bière. Elle paraissait pensive.

Aprés avoir passée la nuit à réfléchir, elle était resté toute la journée dans la forêt, prés de la cascade. La nuit était tombée, elle s'était décidé à rejoindre la ville, a retourner à la Taverne, se disant qu'après quelques pintes, tout irait mieux. A présent, qu'elle levait les yeux, elle sentit son coeur s'accéllérer. Elle se sentait effectivement mieux, et l'alcool n'avait rien à voir dans tous ça. Dimitri était debout face à elle, un grand sourire sur les lèvres, et elle se rendit compte à quel point elle l'enviait... Tant d'innocence et de sincérité ! Cela la changeait singulièrement de tous les hommes, qui ne voyait en elle qu'une créature pour certain, une dangeureuse criminelle pour d'autre. Lui semblait la voir tel qu'elle l'était véritablement, et rien que pour ça, elle aurait donné sa vie pour protéger le bambin.

-Salut tout le monde, lança Dimitri aux quelque badauds qui dépensaient leur maigre fortune en boisson.

Il serra fort l'elfe dans ses bras, et l'étreinte séternisa quelque peu, sous l'initiative d'Elenwë, ce qui ne déplut pas au garçon.

Non loin de là, un homme souleva sa pinte et déposa une pièce en or sur le comptoir, avant d'en avaler goulument quelques gorgées. Il fit claquer sa langue contre son palais en signe de contentement, posa son verre et s'adressa à nos deux protagonistes qui à présent avaient fini leur calin improvisé.

- Bonjour Elenwë, salut bonnhomme ! vous allez bien?

-Bien, je vous remercies.

Dimitri, curieux et observateur de nature, remarqua que quelque chose n'allait pas chez Elenwë. L'elfe qui semblait fatiguée, ses traits tirés lui donnant un air inquiétant.

-Tu vas bien tata ? s'enquit-il.

-Oui, et toi? Prêt pour le grand départ?

A peine eu-t'elle finit sa phrase, que la porte s'ouvrit avec fracas, laissant paraïtre un bien étrange personnage qu'ils ne connaissaient ni d'Eve, ni d'Adam.
Elenwë et Harry ne bronchèrent pas et se contentèrent de lui accorder un simple regard. L'enfant, en revanche, écarquilla les yeux. De l'homme qui venait de surgir dans la taverne semblait dégager une aura de puissance. A coup sur, il ne vallait mieux pas trop le titiller...

-Bonsoir Monsieur, dit il d'une voix polie.

Instinctivement, l'elfe rapprocha Dimitri d'elle, avant de saluer le nouvel arrivant d'un hochement de tête furtif.
Cet homme ne lui inspirait pas confiance. Elle ne quittait pas des yeux l'enfant blottie contre elle qui semblait éprouver une véritable fascination pour ce qui ressemblait à un elfe gris.
Il se fit tout petit devant la carrure imposante de l'homme, qui à présent s'attelait dèrrière le comptoir à concasser des fèves de cacao à l'aide d'un mortier.

-Tata ? il est gentil le monsieur tu crois ? lui sussurra-t-il à l'oreille.

Elenwë Baissa les yeux vers Dimitri, lui caressa la joue et lui chuchota d'un voix étrangement calme:

-Je ne sais pas, n'ai pas peur.

Reprenant un peu confiance en lui, sa curiosité reprenant le dessus, le garçon avisa l'efle gris.

-Dites Monsieur, vous faîte quoi au juste ?

L'elfe gris arréta ses gestes, ferma les yeux un instant, et leva lentement son regard de braise sur Dimitri, qui s'empressa alors de détourner les yeux.

-Tu aimes le chocolat chaud ? demanda-t-il simplement au garçon, reprenant son labeur alors que les fèves se transformainent peu à peu en une poudre odorante.

-Je crois, oui... Enfin à vrai dire, je n'ai jamais goüté... s'exclama t'il en baissant les yeux au sol, comme si le simple fait d'avouer cela était en soit suffisant pour éprouver une honte.

-Vraiment? Il va falloir y remédier.

Il lui sourit avec une pointe d'espièglerie complice et de chaleur, lançant un regard à l'attention de la femme qui semblait inquiète pour l'enfant.
Elenwë, surprise par le regard que l'homme venait de lui lancer, ne le quitta plus des yeux, scrutant le moindre de ses mouvements.
L'Homme qui avait conscience de la tension palpable qui s'était immisée entre eux, lui offrit un petit sourire.

- Peut-il goûter? demanda-t'il directement à Elenwë.

Elle hésita et regarde Dimitri, avant de porter son attention sur Harry qui lui chuchotait discrètement:

-Ne vous inquiétez pas. Si poison il y avait, je serais en mesure de le détecter.

Rassurée, elle se retourne de nouveau vers l'elfe, hochant la tête en guise de Oui.

-A la bonne heure ! s'eclama-t'il tout en commençant à verser la poudre fraichement concassée dans un bol, et en mettant du lait ç cuir dans une casserole.

Dimitri se libèra doucement de l’étreinte de Elenwë, et toute peur ayant à présent disparue de son visage, il observa l'elfe terminer sa recette.
Harry semblait aussi s'intéresser de près à l'onstueuse boisson que l'homme était à présent en train de remuer, laissant échapper au travers de la tavernes des volutes parfumées.
Dimitri savait par expérience que si Harry en demandait à l'homme, ça en laisserait automatiquement moins pour lui... Il ne pouvait pas prendre ce risque. De plus, son impatience repris le dessus, et il se rua sur la tasse qu'il s'empressa de porter à ses lèvres. Le liquide lui brula le palais, et l'efle gris émis un petit rire sadique.
Il fut ensuite submergé par les saveurs extraordinaires du breuvage. La première gorgée fut tout simplement féérique. Rien, de tout ce qu'il avait déjà goutté, pas même la limonade n'éveillé ses sens comme cela.
Du chocolat sur le coin des lèvre, il leva sa frimousse vers Ewakhine et dans un sourire radieux commenta:

-C'est délicieu !

Puis, se tournant vers Harry, il lui tira la langue.

-Tu vois ! fallait pas s'inquiéter pour rien hein ?

Elenwë sourit, rassurée caressant tendrement les cheveux de Dimitri.

-Bon ! Mamie m'avait donné l'autorisation de sortir jusqu'à 23 heures ! Je vais devoir y aller, soupira Dimitri à voix haute, se parlant plus à lui même qu'à l'auditoire l'entourant.

-Je vais te raccompagner, lui dit l'elfe, préférant ne pas le laisser seul dans la ville la nuit, et n'ayant plus rien à faire de toute façon dans la taverne.

-Merci Monsieur ! Au revoir tout le monde !

Elle se lèva, fit voler sa sape sur ses épaules, puis après avoir saluer poliment Harry et l'homme au cacao, elle le suivit dans l'obscurité de la nuit.
Une fois qu'elle fut certaine que Dimitri était arrivé à bon port, elle s'éloigna après lui avoir souhaité une bonne nuit. Dimitri poussa la porte de chez lui, et se retourna une dernière fois. L'elfe semblait prendre la direction de la forêt.

Dernière modification de Confusius, 18/04/2012 à 17h38
Répondre en citant
L'utilisateur suivant remercie Confusius pour son message :
  #14  
Ancien 19/04/2012, 00h05
Avatar de Luvna7
Luvna7 Luvna7 est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2012
Gilde: ... et puis s'en va !
Messages: 87
Par défaut CHAPITRE IV: LES RUINES

fin

Dernière modification de Luvna7, 15/10/2013 à 07h22
Répondre en citant
  #15  
Ancien 19/04/2012, 23h44
Avatar de greavym
greavym greavym est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : April 2011
Gilde: Fille
Messages: 73
Par défaut

Il avait passé sa matinée dans l'eau, à faire des longueurs d'apnée, ou à méditer sous la cascade. Il consacra son après midi au maniement des armes et de la magie. Enchainant les feintes, les bottes et les attaques à l'épée. Il finit par la lévitation et les sorts d'air, ce qui ne l'enchanta guerre car il contrôlé de façon plus que médiocre ses deux pouvoir, et n'aimait absolument pas s'en servir. Éreinté et en sueur, il fit un bref plongeon dans la rivière, et se dirigea vers les portes de la ville.

Tout comme la veille, Elenwë était perdu dans ses pensées. Elle errait dans les rues sombres de la ville, s'arrêtant devant la Taverne. Elle hésita, se demandant si le mieux pour elle ne serait pas de fuir immédiatement. Lui vint alors en image, le visage de Dimitri. Elle avança sa main glacée vers la poignée et entra dans la Taverne. Greavym arriva devant la taverne les cheveux en bataille et maudit le vent, il poussa la porte et salua les occupants. La jeune elfe se dirigea vers le comptoir, découvrant deux visages qui lui était complètement étranger. Elle commanda une pinte. Elle se retourna, reconnaissant cette voix si particulière.

-Bonsoir Greavym, dit elle de sa belle voix suave, essayant tant bien que mal de remettre de l'ordre dans ses cheveux, il finit par abandonner et se dirigea vers le feu

-Bonsoir Elenwé, comment allez vous ? Elle prit sa pinte et vint prendre place à côté de lui prés du feu.

-Ca va et vous?Il commençait à se dire que le vouvoiement faisait un peut ridicule.

-Ca va. Ses cauchemars ne lui laissaient aucun moment de répit. Elle commençait à comprendre les expressions qu'affichait son visage et comprit que quelque chose le préoccupait.

-Un problème? Il la regarda et se souvint de la nuit en forêt, cette nuit là ses cauchemars avaient cessé.

-Ne t'inquiète pas ça va aller, il lui sourit. Elle sursauta, l'entendant la tutoyer. Elle n'avait osé le faire plus tôt, craignant sa réaction.

-Tu es sur? Elle se retourna discrètement vers la jeune femme qui semblait avoir pour compagnie un écureuil, puis se retourna vers lui, le fixant, attendant une réponse. Il passa une main dans ses cheveux sombres et haussa les épaules.

-De toute façon on ne peut pas faire grand-chose. Elle insista légèrement

-Je ne peux pas t'aider?
Elle le regardait, les flammes se reflétaient dans ses beaux yeux verts. A son tour, il la regarda les flammes jouaient sur son visage et eût un pâle sourire.

-Si tu peux me faire passer une nuit sans rêves ... Elle le regarda, choquée, se demandant s’il a réellement osé lui faire une telle proposition... Elle voulu partir, regarda le visage de Greavym et lui répondit :

-Une nuit sans rêve?
Il remarqua l’air offusqué affichait sur son visage, ne sachant rien de son état de choc, il déclara :

-Oui une nuit sans rêves, sans souvenir, une nuit où je pourrais fermer les yeux sans revivre mon passé. Elle l'écouta, attentive, voyant qu'il était peut être enfin prêt à se livrer à elle. Elle n'osait pas prendre la parole, ne sachant comment il réagirait. Il s'arrêta, et regarda l'elfe qui lui faisait face. Enfin voilà une nuit sans rêves ... Il n'osait pas lui dire que ça lui été déjà arrivé une fois, d'avoir droit à ce genre de nuit. Un peu déçue qu'il ne parle pas plus de son passé. Elle savait par expérience, qu'il ne valait mieux pas pour elle de ne pas poser de questions sur son passé. Elle se leva, vit l'écureuil buvant un verre de bière, elle s'avança prés de la jeune femme et la réveilla sans la brusquer

-Votre, euh... votre écureuil, je crois qu'il va être malade si il continue.
Elle lui désigna l'animal, titubant sur le comptoir. Elle commanda une limonade et une fois servie, elle revint vers Greavym et lui tendit le verre. Il la remercia et poursuivis :

-Remarque je ne désespère pas de ne plus faire de rêves

-Ne plus faire de rêve? Elle tente une question. Il l’observe :

-Oui ça m’est déjà arrivé une fois de passer une bonne nuit. Elle tenta de l'inviter à poursuivre sa phrase du regard. Elle se demanda si tout comme elle, des visions du passé venaient hanter ses rêves. Toujours prés de la cheminée, Elenwë et Greavym ne parlaient plus. Elle baissa la tête, ne voulant pas lui avouer que pour elle aussi, cette nuit là avait était particulière. Elle resta un long moment à fixer ses doigts qui jouaient avec un bout de tissu. Se disant que si lui il ne posait pas la question directement ils risquaient de rester là un long moment

-Pour vous aussi ? Elle le regarda froidement, il ranimait en elle des sentiments qu'elle croyait à présent disparu. Elle ne savait plus quoi penser de cet échange. Elle ne le comprend plus. Voyant le visage de Greavym qui s’était animés d'une lueur étrange, elle ne sut comment réagir, elle allait lui répondre non, sa tête hocha de bas en haut, sans qu'un seul mot ne sortes de sa bouche. Percevant le regard froid d'Elenwë, ses poumons arrêtèrent de fonctionner pendant un instant le temps s'arrêta puis la voyant hocher la tête de bas en haut le cours du temps reprit ses droits et l'air rentra dans ses poumons.

-Oh ! Voilà le seul mot qui daigna sortir de sa bouche, il n'y avait aucun ton particulier, il ne savait comment réagir. Elle ne comprenait pas ce qui lui as prit. La haine qu'elle avait enfouis en elle ressurgissait de nouveau, lui coupant le souffle, chaque seconde un peu plus.

Il prit le temps d'observer chacun des si jeunes gens qui se trouvait regroupés dans cette pièce, s'attardant un peu plus longtemps sur Elenwë.-Quelle charmante créature que voici. Dit-il à haute voix sans aucune retenue " Mais mon cher Lostest, nous avons promis de ne faire aucun chahut ici ! Elle tourna un regard étonnée vers Lostest, faisant voler sa crinière de boucles noir. Elle rit, surprise.

-Bonsoir Monsieur...euh...merci!

Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle devait faire, mais fait son maximum pour détourner son attention de Greavym.
Voici qu'elle lui parlait, il ne pu retenir son élan;
-Nous ne sommes que votre humble serviteur madame...
Il prit appui pour bondir de son perchoir, réalisant un salto. Puis il se réceptionna dans un agenouillement devant Elenwë, dans un bruit de claquette.
-Comte de Lostest, pour vous servir ma mie.


Il la regarda un moment, puis il prit son courage à deux mains et lui posa une question :

-Pourquoi avez vous quittez la patrie des elfes ?

Voyant ces courbettes, elle se releva, étouffant un petit rire. Entendant la jeune femme à l'écureuil applaudir, Elle s'inclinant comme une princesse en lui tendant la main.

-Bonsoir Comte, je m’appelle Elenwë!


Il ne lui fallut pas plus d'une seconde pour se saisir avec tendresse de cette main. Il fredonna alors.

-Votre douceur est à l'égal de votre beauté. Un roturier tel que nous ne mérite pas de tant de prévenance d'une dame de votre envergure...


Greavym commençait à en avoir marre de ce personnage, la colère montait en lui, il se leva doucement et dit avec froideur :

-Excusez nous monsieur, j'aimerai m'entretenir avec cette demoiselle en paix, s'il vous plaît


Connaissant Greavym, elle posa une main sur son torse, l'obligeant gentiment à se rasseoir, elle fit un petit sourire gênée à Lotest.

-Pourquoi je suis partie...? Elle hésita et lança :

-Répondait moi en premier... Elle regarde autour d'elle, craignant qu'il ne s'énerve encore plus... Vous êtes un Elfe ?

[COLOR="Yellow"]Il se releva lentement, jetant un regard plein de mépris à Greavym tout en conservant un immense sourire sur son visage. Puis il reporta un regard tendre sur Elenwé.

-Mais très certainement Nous espérons pouvoir nous entretenir avec Dame Elenwë en toute tranquillité, ultérieurement. Il passa son bras devant son torse, s'inclinant. Et conservant cette posture, il partit à reculons, zigzagant entre les tables jusqu'à atteindre le comptoir.


Il se rassoit et la regarda, il savait qu'il venait de toucher un point sensible, Le cœur de l’elfe avait légèrement accélérer :

-Non je ne le suis pas vraiment
, répondit-il tristement. Elle avança ses mains prés du feu, écoutant attentivement les confidences du beau jeune homme qui lui faisait face.

-Pas vraiment?
. Il regarda les flammes un instant, soupira et plongea son regard dans celui de l'elfe.

-Je ne le suis qu’à moitié. Elle sentit sur elle le regard de Lostest, releva délicatement la tête, lui adressant un petite sourire avant de se retourner vers Greavym.

-Pourquoi me l'avoir caché?
Trop de questions se bousculaient dans sa tête, mais elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise. Il ne sut quoi répondre, puis il la regarda.

-Chacun son tour ! A vous maintenant. Elle soupira

-Une histoire de famille compliquée.

-je ne vous l'ai pas dit tout de suite car je ... je hais mes origines
. Il avait dit ça avec un ton amer mais sans aucune colère envers Elenwé.

-Pourquoi êtes vous seule ?Les larmes lui montèrent aux yeux, elle tourna son regard vers les flammes, ravalant sa colère et répondit blasée et comme si cela était évident :

-Parce que je suis si facilement remplaçable! Il comprenait mieux... il savait maintenant pourquoi elle semblait morte de l'intérieur, il la regarda, puis lui passa une main autour des épaules

-Qui vous à dit ça ?
Elle dégagea avec finesse sa main

-Peu importe... et vous êtes donc mi elfes, mi....?
Il ne s'en offusqua pas

-Mi elfe, mi... Il hésita

-Mi...? Elle pensait avoir déjà deviné mais voulait en avoir la confirmation. Il hésitai, et commença à battre le rythme des battements de cœur d'Elenwë avec son pied

-Mi vampire, souffla t-il. Elle en était sure. Elle resta impassible.

-Je vais me chercher une autre pinte, tu veux que je t’offre une autre limonade? Il hocha la tête en guise de oui. Elle se leva et se dirigea vers le comptoir. Commanda une pinte et une limonade. Il la regarda se lever, puis une fois partit plongea rapidement son visage dans ses mains. Il se ressaisit et regarda les flammes. Elle observa à tour de rôle Lotest faisant des mouvements de la main, et Greavym, prés du feu, le visage entre les mains. Elle prit les verres et revient prés de lui.

-Tiens, lui dit-elle avec un petit sourire sur les lèvres. Il prit le verre qu'elle lui tendait et aperçoit le sourire, « bien la première fois qu'une personne réagis comme ça à l'annonce du mot vampire » pensa-t-il et il lui rendit son sourire.

-A moi maintenant ! S’exclama-t-il. Elle redouta sa question, imaginant ce qu'il pourrait lui demander, son cœur loupa plusieurs battements. Il lui demanda :

-Tu n'as aucune attache, et à mon avis tu n'es plus en très bon terme avec ta famille, pourquoi es tu partit de chez les elfes ? Elle ne souhaitait plus poursuivre cette conversation. Si elle essayait d'oublier son passé, ce n'était pas pour rien. Elle dévia la conversation.

-Tu as vu Dimitri récemment? Il remarqua le changement de sujet, et se dit qu'il valait mieux arrêter là pour ce soir. Il ajouta simplement :

-Je ne te demande pas de tout me dire ce soir, mais j'aimerai comprendre qui tu es ! Il la laissa méditer sur cette phrase qui clôturait ce sujet délicat et poursuivi :

-Non pas depuis un bout de temps et toi ?

-Oui je l'ai vu il y a deux ou trois jours. Je l'ai raccompagné chez sa grand-mère. Il avait l'air d'aller mieux! Son teint avait rosi en attendant " mais j'aimerai comprendre qui tu es ". Il réfléchissait…

-Nous partons quand ?

-Je ne sais pas.

Elle s'approcha plus prés de lui, respirant la douce odeur de sa peau et chuchota :

-Je suis tombé sur des ruines anciennes dans la forêt, j'y ai trouvé deux objets qui ont éveillé ma curiosité, si tu veux bien m'y suivre ce soir... Je t’expliquerais. Elle attendit sa réponse, sursautant légèrement en entendant le rire de Lotest. Elle était vraiment proche et il se félicita qu'elle ne puisse entendre les battements de son cœur, il rougit.

-Ca marche, souffla-t-il. Il n'entendit pas le rire de Lostet, concentrer au contraire sur l’affolement de celui-ci dans la poitrine d’Elenwë. Il essaya de se ramener à la raison. Son souffle l'as fit frissonner légèrement, comme si un courant électrique venait de parcourir son corps tout entier. Toujours aussi proche, elle continua de chuchoter.

-Je ne sais pas si j'ai vu juste, mais si c'est le cas…. Il frissonna, « zut je venais enfin de réussir à reprendre un rythme cardiaque à peut près normale », pensa-t-il

-Nous allons où ?

Elle s'approcha un peu plus.

-Au sud de l'empire, enfin je pense, je ne sais pas trop par où commencer !

Il se força à ne plus bouger, de toute façon même s'il l'avait voulut il n’aurait pas put son corps était comme paralysé.

-…faire quoi ?


-Tu verras quand on sera dans la forêt, j'attends ton avis sur... Elle n’acheva pas sa phrase, ne voulant rien lui révéler, préférant lui montrer. Il se ressaisit, et la regarda un sourire sur le visage.

-On va voire ses ruines ? Elle se recula, lui jeta un regard noir.

- Tu ne peux pas être plus discret?murmures t’elle énervée. Zut, il avait, encore gaffé, ça devenait une habitude chez lui

- Excuse-moi, chuchota-t-il.

-On y va ? Il la regarda avec un timide sourire sur le visage et un regard vert émeraude empli de joie. Elle vit son visage s'illuminer.

-Tu veux partir maintenant? Il hocha la tête de bas en haut, toute sa curiosité en éveille. Elle vida sa pinte, l’interrogeas du regard. On y va? Il se lève. Elle l’imita, enfila sa cape, rabattant sa capuche sur sa tête. Elle le regarda souriant et lança :

- Suivez le guide ! Lui adressant un clin d'œil complice. Elle passa devant lui, leur corps se frôlant. Elle eut une nouvelle décharge électrique, son cœur s'accélérant, elle s'avança vers la sortie, se retournant pour adresser un "bonsoir" aux derniers clients. Il salua Ther et sortit avec elle. Le froid la saisit, ils venaient de passer la soirée prés du feu et le contraste de température était brutal.

-J'espère ne pas me tromper, je t’explique ça en chemin, Elle frissonna, le vent s'engouffrant sous sa cape. Il n'avait pas froid et la vit frissonner.
- Vas y je t'écoute. Les frissons d'Elenwé se firent de plus en plus fréquent, il enleva sa cape et la lui passa sur les épaules et lui dit
-Bon, je te suis, montre moi ces ruines, après tout c'est toi le guide ce soir !
__________________


Greavym, vampire elfique

Dernière modification de greavym, 21/04/2012 à 16h32
Répondre en citant
L'utilisateur suivant remercie greavym pour son message :
  #16  
Ancien 21/04/2012, 10h53
Avatar de Luvna7
Luvna7 Luvna7 est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2012
Gilde: ... et puis s'en va !
Messages: 87
Par défaut

fin

Dernière modification de Luvna7, 15/10/2013 à 07h23
Répondre en citant
  #17  
Ancien 27/04/2012, 18h56
Avatar de greavym
greavym greavym est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : April 2011
Gilde: Fille
Messages: 73
Par défaut

-Greavym !!
Un cri, emplit de rage, ponctuais d’un uppercut, voilà comment on saluait son retour à la vie.
L’enfant oouvrit grand les yeux, il flottait dans les airs, à quelque centimètre, et de façon perpendiculaire au sol.
Quand l’air entra de nouveau dans ses poumons, Greavym laissa échapper un petit gémissement où se m^éler douleur et soulagement, la vie revenait l’habité.
Une douce chaleur réchauffait son être et une gifle lui fut offerte pour l’heureux événement, mais elle fut d’une extreme douceur, elle le fit simplement tomber par terre.Il roula à terre et s’arrêta sur le dos, les yeux levé vers le ciel. Il vit que la haut un petit garçon le fixait de ses grand yeux vert zux reflets d’émeraude . Il avait les cheveux noirs d’encres où perçait deux oreilles pointues, sa peau mâte mettait en valeur ses grands yeux d’enfant où ne brillait aucune innocence.
-Il fait nuit, affirma Greavym, en parlant le garçon qui le regardait avait ouvert la bouche et on y vit deux petites canines bien pointues. Un mirroir pensa le jeune sang mêlé.
Greavym attendait la correction, ne venant pas il tourna, lentement mais surement, sa tête vers son geôlier, et regarda ces bottes en cuir où dessus des elfes et des vampires s’étripaient joyeusement.
Il remarqua alors qu’il y avait d’autre personne dans la pièce. Il se releva avec fluidité et vitesse, et se tint prêt …. Prêt à quoi ?!
Je n’ai aucune chance contre toute une horde composé de …
Il se concentra et essaya de percevoir les auras des différents êtres vivants de la pièce, bien qu'il fut nul dans ce domaine il réussit à dissembler 7 énérgie différentes dans la pièc, de 7 vampires reprit l’enfant, tous ayant des dons pour la magie, alors que moi … Il serra les poings et un masque de haine se peigna sur sa figure
.

C’était la nuit, un renard passa par la et observa la scène qui se déroulais devant ses grand yeux marrons chocolat. Une jeune elfe pleurais dans son sommeil, qui semblait agité et la tourmentait, elle rêvait, ou plutôt cauchemardais.
De l’autre côté il y avait un jeune homme, ils devaient avoir le même âge ou presque. Lui ne pleurais pas mais il était en nage et ses cheveux noir encre, trempé, était plaqué contre son front.
L’animal vit passer un mulot et abandonna là les deux personnes avec leur tourments, s’élancant à la poursuite de son futur repas.

-Serais ce de la haine que je lis sur ton visage ? C’était demandé d’une voix mielleuse qui n’inspirait aucune confiance et qui eût pour effet de faire frissonner le garçon et de finir de le mettre sur se gardes.
L’enfant de 9 ans et demi regarda son bourreau et esquissa un sourire froid:

-Quesque ça peut bien vous fou .. Une espèce de décharge électrique traversa tout son corps et lui coupa le souffle ce qui l’empêcha de finir sa phrase. Il baissa la tête et pliia ses bras au niveau de son abdomen, la douleur était partie aussi vite qu’elle était venu.
En relevant la tête il vit les sept vampires dont il avait discerné les auras, ils le regardaient tous avec dégoûts se qui fit monter en Greavym une colère sourde, qui si elle explosait risquer de faire beaucoup de dégâts.
Il décida que de toute manière quoi qu’il fasse son sort était déjà cellé, et qu’il ne pouvait rein faire pour convaincre ses satanées vampires*! Alors autant s’amuser un peut les titiller, il allait répondre, montrer sa rage, sa haine et sa colère trop longtemps tenu en laisse.

-Eh bien vous vous êtes enfin décidé à vous montrez*?! il ironisa, histoire de les mettre en rogne, aviez vous donc si peur de moi ?!Le sourir malsain que les vampires affichaient jusqu’alors disparut aussitôt. Sans ce concerter l’un des vampires saisit greavym à la gorge et le souleva , il lui crachat avec mépris et dégoût:

-Tu n’es rien! tu crois que nous avons peur d’un … il ne put jamais finir sa phrase, le jeune demi elfe venait de le mordre et de lui administrer un coup de pied bien placé.
Le vampire aux yeux noir le lacha, le gamin s’éloigna de l’homme et se massa la gorge en reprenant son souffle.
C’est alors qu’une femme prit la parole, elle avait les yeux rouges pâle et les cheveux noir bouclé qui cascadaient le long de ses épaules:

-C’est qu’il à du répondant l’être abject, mais je pense que la dose maximale devrait le calmer, susurra-t-elle.

Au moment où elle dit ça, Greavym poussa un cri inhumain, une douleur fulgurante, pareille à une décharge électrique, était apparu et lui dévorais les entrailles.

Au même moment, à des années de cela, le demi vampire se réveilla en criant, le regard emplit de douleur.
Il semblait perdu et ne savait plus où il était. Une main douce et chaude se posa sur son épaule. La douleur s'évanouit et il reprit pied avec la réalité. La main appartenait à Elenwë et elle l'appaisat aussitôt.
Greavym tourna la tête vers elle et en plongeant son regard dans le sien il vit qu'elle avait pleuré. Il repensa à ce qu'il avait lut, la vielle, dans les archives .

Il était allé dans les archives chercher la légende interdites des trois convoitises, il pensait la trouver facilement, quel ne fut sa surprise quand il vit qu'il n'y avait que des brides de cette légende dans les documents.
Des quelques brides il avait obtenu comme information que trois dieux des basses sphères étaient en guerre et se détestaient cordialement. Un jour pourtant , au plus grand étonnement de tout le panthéon, ils arrêtèrent leurs guerre,ils avaient décidaient , en cachette, de créer ensemble, un gant de pouvoir absolut. Un gant qui donnerait à celui qui le porte, pouvoir , richesse et connaissance. étonné, mais content que les guerres incessantes, qu'engendrait leur haines, entre les humains, les drow et les elfes de lunes cessent les dieux des hautes sphère ne s'inquiétèrent pas et les laissèrent faire ce qu'il voulait, il n'était bien sur pas au courant de la conception de ce gant.
Voilà tous ce qu’avait put trouver Greavym dans les archives des humains, il n'arrivait pas vraiment à se souvenir de ce que lui racontait la femme qui' lavait mit au monde et de son mentor, mais il était sur de deux choses.
La première il aurait tout le temps de passait dans les archives de toutes les cités qu'ils visiteraient durant leur quêtes et la deuxième ses souvenir finirais bien par revenir.
Du tatouage sur l'oreille d'Elenwë il n'avait trouvé aucune documentation, et se sentais frustré, je vais donc devoir aller chez les elfes , pensa-t-il ...


Elenwë enleva sa main de son épaule ce qui eût pour effet de faire sortir le sang mêlé de ses pensées
Elle allait partir se recoucher, une peur gigantesque s'empara de tout son être, il se mit à trembler , il redevenait le petit garçon craintif qu'il avait était à un moment, il dévoilai sa fragilité, chose qu'il détestai !
Il la retint et la supplia du regard de bien vouloir rester dormir à côté de lui. Le coeur d'Elenwë se serra et elle ne put refuser cette demande silencieuse.
Ils s'allongèrent côte à côte et s'endormir ensemble, berçait par le rythme de leur coeur qui battaient à l'unisson.

Lorsqu'ils se réveillèrent, ils n'évoquèrent pas la nuit qui venait de se dérouler. Et sans se consulter ils effacèrent cette nuit cauchemardesque de leur mémoire respectives et se dirigèrent , en silence vers la taverne
__________________


Greavym, vampire elfique

Dernière modification de greavym, 07/05/2012 à 19h50
Répondre en citant
  #18  
Ancien 05/05/2012, 22h12
Avatar de Confusius
Confusius Confusius est déconnecté
Héros de guerre
 
Inscrit : July 2010
Gilde: Homme
Messages: 163
Par défaut

Dimitri entra dans la taverne. Il avait besoin de se désaltérer en cette journée ensoleillée. Il ne pensait trouver personne dans une taverne de ces heures ci, aussi qu'elle ne fut pas sa surprise de tomber sur une femme d’apparence étrange, qui semblait bailler et s'étirer. Il la salua poliment.

Luvna marchait tranquillement dans la rue principale menant à la taverne. La nuit avait était agréable : une nuit sans rêve, sans aucun cauchemars. Elle regarda Greavym qui marchait à coté d'elle, le vent qui s'engouffrait dans ses cheveux le décoiffant. Elle poussa la porte de la Taverne et entra, suivie de près par le jeune homme.

A peine entrés, ils aperçurent Dimitri parlant avec la même jeune femme qui était là la veille. Celle qui avait un écureuil. Elle s'approcha d'eux.
Dimitri se gratta la tête, puis se retourna, Greavym et Elenwë apparaissant soudainement dans son champ de vision, pour son plus grand bonheur.

- Coucou tata ! Salut frérot ! lança-t-il à leur attention d’une voix enjouée.

Elenwë posa une main sur la tête de Dimitri et lui sourit.

-Coucou mon guerrier ! ça va ?

Elle se pencha, l'enlaça et lui fit un bisou.

Sous l’effet de ce sobriquet, Dimitri rougit de plaisir. Elle l’avait appelé « son guerrier pensa-t-il, et il leva la tête, fier, avant de lui répondre :

-Oui super et toi la forme ?

-Oui! Lui répondit-elle. Nous avons une bonne nouvelle pour toi.

-Ah? S’enquit-il en jetant un regard curieux à l’elfe. Et c'est quoi la bonne nouvelle ?

Greavym sourit en entendant la question de Dimitri, et interrogea Elenwé du regard pour savoir si elle voulait lui dire elle.
L’elfe tourna la tête vers Dimitri, et, sentant que Greavym l'observait, son cœur s'accéléra légèrement.

-Nous partons aujourd'hui, expliqua-t-elle à Dimitri. Si tu veux toujours venir avec nous, il va falloir préparer ton sac.

L'enfant sautilla de joie autour de Elenwë.

-Oh oui alors ! Je veux venir avec vous ! On va partir loin ?

-Oui, et on pars ce soir.

Dimitri parut surpris.

-Ah bon ? Mais pourquoi part-on si soudainement ?

Elenwë baissa la voix et lui expliqua en toute honnêteté:

-Nous avons remarqués avec greavym que des personnes étranges nous tournaient autour ces deniers temps, depuis que nous avons découvert l’existence de la sphère...

Elle s'interrompit, soudain consciente qu'elle n'avait encore rien dit à l'enfant des raisons principales de leurs péripéties. Elle lui expliqua donc tout en détail... La découverte de la sphère aux symboles étranges, la phrase qui l'accompagnait, ce qu'ils en avaient déduit...

Elle regarde Greavym, attendant qu'il prenne le relais.
Ce dernier, sentant que le regard d'Elenwé pesait sur lui, se sentit rougir, et tourna la tête vers elle. Puis il prit la parole.

-Bon Dimitri, j’espère que tes affaires sont prêtes ?

-Oui mes affaires sont prêtes il faut juste qu'on passe à ma maison pour les prendre. Si on croise mamie, faudra lui faire croire que vous êtes mon professeur, je lui ai dit qu'on partait en excursion scolaire !

Elle se retourna vers Dimitri et rit en entendant la fin de sa phrase.
L’enfant se pressa de rejoindre la porte de la taverne, qu'il poussa d'une main ferme. Avant de sortir, il lança par dessus son épaule :

-Je vais chercher mes affaires, je reviens !

Puis il se hâta dans la rue principale.

-On devrait peut être l’accompagner, suggéra Elenwë.

Greavym émit un petit rire amusé.

- Vu comment il est parti je ne serais pas étonné de le voire réapparaître ici dans pas longtemps, commenta-t-il à l’attention de l’elfe.

-Tu trouves que je m’inquiète trop pour lui?

Elle le regardait fixement. Elle prit une mèche de cheveux et s'amusa avec ses bouclettes comme on joue avec un ressort.
Il la regarda jouer avec ses cheveux un instant, avant de se dire que la grand-mère pourrait très ben refuser au dernier moment. Il se leva d'un bond, renversant sa chaise, et dit :

-T'as raison on l'accompagne !

Dimitri poussa à nouveau la porte de la taverne, encombré de sacs de voyages. Il faillit renverser Greavym et Elewë, qui semblaient ravis de le voir reparaître.

-Me revoilà !

Elenwë partit dans un fou rire, voyant qu'il avait prit plus que ce qu'il ne fallait. Elle le serra contre elle, ravie que ça grand mère l'ai laissé partir.
Regardant Dimitri revenir avec ses énormes paquetages, bouche bée et étonné par ce qu'il voyait, Greavym se dit que finalement, il n'y avait pas que les filles qui prenait trois tonnes de choses. En retenant un fou rire, il lui demanda :

- Eh bien, tu nous à déménagé ta chambre ?

Elenwë s’avança, passa sa main dans les cheveux de Dimitri et vint prendre place à côté de la jeune femme à l’écureuil.

-Bonjour, je m’appelle Elenwë et vous?

Greavym s'assit face à Elenwé et observa un instant l'inconnue, ne souhaitant guère intervenir dans leur discussion.

-Ambre-Lune, enchantée ! répondit l’étrangère.

En entendant le nom de l'inconnu Greavym sourit, dévoilant ses jolis dents blanches.

-Enchanté ! Moi c'est Greavym.

D'un regard, il lui désigna son bouquin.

-Vous lisez quoi ?

-Un livre sur les créatures, répondit elle en tapotant la couverture du livre d’un doigt.

-Et ça parle des Elfes?

-Oui, bien sur ! Vous en avez déjà vu pour de vrai ?

Elenwë se retourna, étonnée par sa question. Elle se dit que si avec les oreilles qu’elle avait, elle la prenait pour une humaine, c'est qu'elle devait avoir besoin de lunettes!

-bin…euh…

Il ne ne savait pas trop quoi lui répondre et chercha de l'aide auprès de Elenwë. Puis il se décida prudemment :

-Vous savez, vous en avez une en face de vous !

Elenwë baissa la tête, les joues en feu.
Dimitri commençait à faire les cents pas.

- Et on part quand ?

Entendant Dimitri parler dans son dos, elle se retourna, adressa un clin d'œil complice à Greavym et dit :

-Une limonade et on y va?

Elle se leva, s'approcha du comptoir et commanda deux limonades et une pinte.
Ayant du mal a cacher son impatience, Dimitri se calma quelque peu à l'entente du mot limonade.

-Oh oui alors !

De leurs côté, Ambre et Greavym continués leur discussion.

- Une elfe me dîtes-vous ? Questionna Ambre en jetant un regard avide sur Elenwë.

- Voulez-vous en savoir plus sur son espèce ? demanda-t-elle à voix basse à Greavym, toute en joie, fière d'avoir le savoir entre ses mains.

Son regard devint froid, et sa voix fut plus dur qu'il ne l'aurait souhaité.

-Non merci, je n'ai pas besoin d'un livre pour savoir.

Puis un sourire froid et sadique se dessinant sur son visage :

-Saviez vous que les vampires existaient ?

Elle le regarda, puis s’étouffa de rire.

-Existent? Vous me prenez pour une buse ? Non car les vampires c'est écrit noir sur blanc, ça n’existe pas ! Continua-t-elle, sûr d'elle et sur un ton très sérieux.

Elenwë, voyant le regard froid et lisant la haine sur le visage de Greavym, devina la nature de ses tourments. Elle s'assit prés de lui, le cœur s'affolant, une fois encore, et lui prit la main.

-ça va aller. Je suis là.

En sentant le contact de la main d'Elenwé sur la sienne, son cœur s'accéléra et il rougit. Mais sa colère et sa haine s'apaisèrent, il tourna la tête vers elle, et en entendant le rythme du cœur de la jeune femme, il comprit le pourquoi de son geste.

-Merci, souffla-t-il.

Puis il fixa de nouveau son regard sur Ambre, mais cette fois il n'y avait plus aucune trace de haine.

-Fort bien... Et bien sur, les livres savent tout, n’est ce pas ?

Elenwë prit sa pinte, laissant sa main prisonnière des mains froides de Greavym.

-Et bien la plupart oui... Non mais vous imaginez un peu ? Si les vampires existaient, ce serait une catastrophe !

Il commençait à en avoir marre d'entendre cette personne débiter des âneries, et avant de commettre un acte regrettable, il se leva et entraina Elenwë avec lui.

-Désolé mais on doit y aller.

Elle se laissa tirer par Greavym qui continuait de lui tenir la main.

-Désolé Ambre, ce fut un plaisir, dit l’elfe.

-On y va Dimitri, dit Greavym sur un ton sec.

Puis il se dirigea vers la porte de la taverne, la main d'Elenwé dans la sienne, il salua l’occupant et sortit.
Dimitri, refroidit par le ton de Geavym, le suivit non sans un regard envieux vers le verre de limonade qu’il n’avait pu finir entièrement.

-Heu… oui ok j’arrive.

L'enfant lança un dernier regard circulaire à la taverne, ne sachant pas quand il la reverrait. Ces lieux lui manqueraient à coup sûr. Il salua d'un signe de la main les personnes encore présente, et se hâta à la suite de sa tata et du vampire.

Ainsi commencèrent les aventures de Greavym, Elenwë, et Dimitri, et leur voyage fou pour en apprendre plus sur les mystérieux symboles de la sphère…

Dernière modification de Confusius, 15/05/2012 à 22h38
Répondre en citant
L'utilisateur suivant remercie Confusius pour son message :
  #19  
Ancien 16/05/2012, 15h16
Avatar de Luvna7
Luvna7 Luvna7 est déconnecté
Beau parleur
 
Inscrit : March 2012
Gilde: ... et puis s'en va !
Messages: 87
Par défaut CHAPITRE V : Le départ

fin

Dernière modification de Luvna7, 15/10/2013 à 07h23
Répondre en citant
  #20  
Ancien 06/06/2012, 16h52
Avatar de Confusius
Confusius Confusius est déconnecté
Héros de guerre
 
Inscrit : July 2010
Gilde: Homme
Messages: 163
Par défaut Le pire des cauchemars...

Greavym n’arrivait plus à dormir. Il ne pouvait s’empêcher de penser à ses drôles de compagnons de route, qu’il commençait à apprécier, et se demanda si c’était vraiment une bonne idée d’avoir embarqué Dimitri dans leurs péripéties. Il lança un regard affectueux vers le garçon qui dormait paisiblement à ses cotés, murmurant des paroles inaudibles dans un sommeil qui semblait pour le moins agité. Il passa délicatement sa main dans ses cheveux courts, et l’enfant sembla s’apaiser quelque peu.
Puis il se leva sans bruit, et se dirigea à pas feutrés en direction de la porte, qu’il ouvrit tout aussi précautionneusement. Il avait besoin de se changer les idées, d’humer l’ai frais du soir, de sentir les douces caresses du vent sur son visage.

Il sortit donc dans le village désert, et se dirigea vers un petit jardin public qui jouxtait l’auberge où ils résidaient.
Arrivé à destination, il s’assit sur un banc, et contempla la statue d’un prêtre qui lui faisait face, un sourire bienveillant gravé dans la pierre.

-Toi, au moins, tu n’as pas de problèmes hein ? demanda l’elfe en s’adressant à la statue qui semblait le dévisager dans l’obscurité.

-Qui va là ? Tonna une voix quelque part dans la nuit.

L’elfe dévisagea la statue d’un air incrédule. Se pouvait-il que…

-Je ne me répéterais pas une seconde fois, avertie la voix qui semblait vibrer sous l’effet de la peur.

Greavym put cette fois-ci en identifier l’origine. Il se leva, alors qu’au même moment, un homme fit irruption dans le jardin, et vint d’un pas mal assuré à la rencontre de l’elfe. Il portait une armure intégrale, et dans sa main droite, une épée à la lame tranchante, brandie en direction de son interlocuteur. Sur son torse, scintillant sous la lueur de la lune, le blason des gardes de la cité.

-Qui êtes-vous ? S’enquit le garde qui faisait à présent face à l’elfe, dans une posture défensive très maladroite.

-Je ne suis qu’un pauvre voyageur. Je suis venu dans cette ville avec ma sœur et mon jeune frère, et nous dormons à l’auberge, mentit l’elfe en désignant la bâtisse qui leur faisait face.

L’homme s’avéra méfiant et ne baissa pas sa garde. Greavym n’aurait aucun mal à le mette hors d’état de nuire, si l’occasion devait s’en présenter, mais il ne voulait surtout pas en arriver à cette extrémité.

-Je suppose que vous pouvez prouver ce que vous venez de me dire ? demanda t’il.

-Et bien en effet, je le pourrais. Mais il se trouve qu’à l’heure actuelle, tout le monde dors dans l’auberge. Vous ne voudriez tout de même pas réveiller l’aubergiste pour des broutilles pareilles ?

-Vous avez raison. Pour plus de prudence, je vous demanderez de bien vouloir me suivre, nous allons vous isoler jusqu’à ce que nous puissions confirmer vos dires.

C’en était trop pour Greavym qui se leva, prêt à faire ce qui se devait pour échapper aux tournures ridicules qu’était en train de prendre la situation.

-Mais enfin, contesta-t-il, est-ce là une manière de traiter un jeune homme de passage dans votre ville ? J’avais entendu le plus grand bien à propos de l’hospitalité des lieux, vous êtes en train de me prouver le contraire.

-Je ne vous demande pas votre avis, lui rétorqua le garde. Suivez-moi maintenant.

Greavym s’approcha de son opposant. Il réfléchissait au meilleur moyen de se débarrasser de lui sans réveiller tout le village. Quand soudain…

-Ah enfin je te trouve frérot !

Le garde et l’elfe se retournèrent brusquement pour dévisager le nouvel arrivant.
Elenwë avançait de sa démarche souple et gracieuse à leur rencontre. A la vue de la jeune elfe, le garde sembla se détendre quelque peu, comme conscient que finalement, l’homme avait du lui dire la vérité.

-On peut dire que tu tombes à point nommé toi, lui lança Greavym dans un sourire radieux.

Elenwë s’approcha de lui et lui envoya une claque à la figure.

-Tais-toi ! Combien de fois devrais-je te répéter de ne pas sortir la nuit sans m’en avertir ? Tu es beaucoup trop imprudent !

Puis se tournant vers le garde bouche bée :

-Veuillez pardonner l’attitude de mon frère. Ce n’est encore qu’un pauvre gamin écervelé.

-Je…je comprends, commenta le garde d’un air incrédule.

Cette fois, le stratège semblait marcher. Le garde abaissa son épée, et sa voix retrouva toute son assurance.

-Votre sœur à raison. Il n’est pas prudent du tout de se balader la nuit dehors, surtout après les récents évènements.

-Les récents évènements ? demanda Greavym. Que c’est-il passé ?

-Et bien…Ce sont des faits assez horribles… Il se trouve que dans le village voisin, une pauvre vieille à été retrouvée morte pas plus tard qu’hier matin. Elle a été retrouvée dans un état pitoyable, gisant sur le sol de sa maison. Il paraît qu’elle a été torturée par ses ravisseurs qui souhaitaient obtenir des informations sur quelque chose ou quelqu’un.

Il baissa le ton de sa voix.

-Et le pire dans tout ça, c’est qu’on est sans nouvelle de son petit-fils… On ne sait même pas s’il est toujours en vie, ou bien s’il a été enlevé par les ravisseurs.

Il leva une affiche sur laquelle le visage d’un garçon souriant avait été dessiné.

-D’ailleurs, si vous le voyez, n’hésitez pas à prévenir les autorités !

Il marqua une pause, alors que la peau d’Elenwë fut parcourue de frissons incontrôlables. Son regard croisa celui de Greavym, et elle pu lire la peur dans ses yeux.
Le garde saisit aussi l’expression de leurs visages, qu’il interpréta faussement.

-Hé oui ! Je sais ce que vous vous dîtes… Tout de même, nous vivons dans un de ces mondes, je vous jure…

Elenwë saisit Greavym par le bras et l’entraina à sa suite.

-Je vous remercie pour vos conseils et votre gentillesse, monsieur ! A présent nous allons regagner notre auberge si cela ne vous ennuie pas, nous sommes fatigués et nous avons une longue route à faire demain matin.

Le garde les regarda, perplexe, abasourdit par cette réaction soudaine.

-Bien…Bonne soirée à vous alors, et soyez plus prudent à l’avenir, dit’ il à l’attention de Greavym.

-Je n’y manquerais pas, promis l’elfe qui déjà se faisait entrainer dans le sillage d’Elenwë.

Ils parcoururent le chemin qui les séparait de l’auberge, et s’arrêtèrent devant le seuil.



Dimitri s’était réveillé en sursaut. Encore un cauchemar insoutenable. Il chercha du regard la présence de ses compagnons, histoire de se rassurer quelque peu, mais ils n’étaient plus là. Il sauta de sa couche, et remarqua que la porte de leur chambrée était ouverte. Il la franchit, et partit à leur recherche, parcourant le couloir silencieux de sa démarche frêle et enfantine. Arrivé près de l’entrée de l’auberge, il entendit des voix et sourit. Il avait reconnu les timbres d’Elenwë et Greavym. Son sourire s’élargit encore plus : il allait les faire sursauter. Il pouffa en silence, complètement séduit par cette idée, et s’approcha d’eux à pas feutrés.

-Tu penses à ce que je pense ? demanda la voix d’Elenwë.

-J’ai bien peur que oui. Au vu de la photo, il n’y a aucun doute possible, répondit Greavym.

Un silence s’installa entre eux, tout deux réfléchissant aux évènements récents.

-On ne peut pas y retourner, ce serait beaucoup trop dangereux, annonça enfin Greavym.

-Pour le moment, ce n’est pas vraiment ce qui m’inquiète le plus, lui rétorqua l’elfe. Que va-t-on dire à Dimitri ?

-Surtout, il ne faut pas lui en parler ! prévint Greavym.

-Mais, il à tout de même le droit de savoir non ?

-Certes, mais ce n’est pas le bon moment. Lui annoncer la mort de sa grand-mère serait bien la dernière chose à faire…

Dimitri était tout prêt d’eux, à quelques mètres seulement. Son sourire innocent s’était évanoui de son visage, et une larme roula sur ses joues.

-Mamy…murmura-t-il dans un sanglot.
__________________
-----------
Mémoires de Mal, le RP de la mort qui tue, en vente chez ton libraire ! Tu peux aussi le découvrir ici !
Répondre en citant
Les 2 utilisateurs suivants remercient Confusius pour son message :
Répondre

Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé

Navigation du forum


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 22h38.


Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright © by 'Playa Games GmbH'