Shakes & Fidget - France  
  #1  
Ancien 10/04/2011, 21h57
Avatar de GrayPride
GrayPride GrayPride est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : September 2010
Lieu: Avant mes empreintes
Messages: 216
Envoyer un message avec Skype™ à GrayPride
Par défaut Il y a comme un rire.

"Une nuit d'hiver dans une ville prisonnière de la forêt , un rire se fit entendre. Les habitants dormaient paisiblement sauf ce rire presque inaudible, étouffé dans un linge, mais si on prend le temps de tendre l'oreille, on le saisit, brisant la nuit...Pourquoi rit-on à une heure si matinale? Pourquoi ce rire ?

...

La nuit s'efface laissant place au soleil, la lune disparaît pour la journée qui se met en place. La ville se réveille , ne semblant pas avoir vécu la même sensation que moi à l'entente de ce rire.
Les bruits des volets, les portes qui s'ouvrent, les seaux de la nuit jetés par la fenêtre. Les commerçants mettent en place leurs étales...La bonne odeur qui s'échappe de la boulangerie. Quel plaisir! Cette douce odeur enivre mon appartement. Quel bonheur!

La journée commence , la ville s'agit...Un hurlement vint briser cette douce mélodie du réveil d'une ville. Le cri de femme, si perçant, si aigre, si aigu...On y ressent la peur et la tristesse."








"Des dizaines de ces affiches furent mises dans les rues, les tavernes , les auberges ainsi que chez les commerçants. Mon boulanger en ayant trop m'en avait même donné à distribuer. Un jour que je me baladais dans les rues, un homme au milieu de la place récitait non sans quelques fautes de langages le même message. La ville s'agitait encore plus, l'air n'était plus aussi paisible, je n'entendais que le mot :" La Bête" !

Un monstre avait pris place dans la ville, notre ville, ma petite ville paisible. Notre ville deviendra-t-elle son terrain de chasse ? Je sais que la milice enquête, je mènerai moi-même l'enquête !"



Dernière modification de GrayPride, 23/04/2011 à 21h10
Répondre en citant
  #2  
Ancien 22/04/2011, 19h03
Avatar de GrayPride
GrayPride GrayPride est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : September 2010
Lieu: Avant mes empreintes
Messages: 216
Envoyer un message avec Skype™ à GrayPride
Par défaut Excuses!

Je relance le RP ce soir, comme à chaque fois si il y a des fautes ,envoyez moi un MP =)

Dernière modification de GrayPride, 23/04/2011 à 21h17
Répondre en citant
  #3  
Ancien 23/04/2011, 21h18
Avatar de GrayPride
GrayPride GrayPride est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : September 2010
Lieu: Avant mes empreintes
Messages: 216
Envoyer un message avec Skype™ à GrayPride
Par défaut

Je suis hanté par cette bête , cela fait deux semaines que l'attaque a eu lieu. La milice ne semble pas réagir plus que ça. Il est tard, ma bougie commence à s'éteindre, mais cette bête m'obsède de jour en jour...Aucun indice à part leurs yeux...Comment a-t-elle fait...Juste leurs yeux, aucune trace de son passage...Ma bougie s'éteint de plus en plus , mais le sommeil ne prend pas mes yeux...Cette bête, comment a-t-elle fait pour tuer tous ces hommes. Depuis deux semaines, deux semaines...Je suis sur cette enquête, la milice ne semble pas se bouger plus que cela après tout, ce n'est que la milice. Les affiches pourrissent sur les murs, la ville ne réagit même pas, elle semble avoir oublié...Deux semaines que l'attaque s'est faite, dans la taverne de Jack, deux semaines que nous n'avons retrouvé que les yeux des victimes...La milice ne bouge pas, pour ne pas changer, mais que fait-elle? Tout le monde semble avoir oublié sauf moi...Ma bougie meurt plus vite que je ne l'avais pensé...Je suis paisiblement installé sur mon bureau, le sommeil, ça fait deux semaines, deux semaines...Je ne sais plus qui je suis, je semble être l'ombre de moi-même pour mon propriétaire...Deux semaines, la milice n'agit pas que faire si même l'ordre ne réagit pas... Un bruit de tonnerre se fait entendre non loin de la ville, un éclair fait réagir mes pupilles...Ma bougie se meurt plus vite...Si je soufflait dessus ,je ne verrai rien, je ne verrai plus...Un autre éclair, le tonnerre est fracassant... Ma fenêtre est ouverte,je guette le rire de la bête...La pluie commence à marteler les pavés de la ville ,l'eau s'introduit dans ma pièce...Ma bougie s'éteint avec l'humidité ambiante,je n'y vois plus rien, seul la lumière des éclairs illuminent ma pièce...Deux semaines,je vais fermer ma fenêtre et allumer une autre bougie...La milice ne fait rien pour que ça change , la ville semble avoir oublié...J'ai mené l'enquête,je me suis rendu à la dites taverne pour inspecter la scène de crime le lendemain de l'annonce. La milice était là à nous empêcher tout passage vers la taverne. J'ai donc attendu et je suis revenu le soir , j'ai guetté toute la nuit...Et me suis décidé à entrer dans la taverne, je n'avais qu'une simple bougie pour m'éclairer...Du mouvement ,il y avait du mouvement...Ma bougie, où est ma bougie,il fait noir, je n'y vois rien, où est ma bougie, elle est tombée sur le sol, où est ma bougie, je tâtonne ...Un éclair,je revois , des yeux me guettent...Dans cette taverne,je ne suis pas seul ,je sens la présence d'une autre âme , une autre respiration, des yeux me guettent, je les sens sur ma peau, ils se glissent à travers elle et paralysent mes muscles...Cela fait deux semaines, deux semaines...La milice ne fait rien, pour ne pas changer... Je sens encore ce regard sur moi, elle est là avec moi,je le sens, elle est là,elle me regarde, mais je ne vois rien,elle est là, il fait trop noir...Elle..Elle me voit,je le sais, elle me regarde,je cherche ma bougie sur le sol,je ne vois rien...Trouvé! Où sont mes allumettes, où sont-elles? Trouvées aussi !! J'en craque une ! Un éclair! Le tonnerre ! Deux semaines que j'attends !
J'allume ma bougie, mais elle s'éteint ,un souffle a maitrisé la lumière et la chaleur de ma bougie...Deux semaines, il fait froid, mon sang se glace dans mes veines...Deux semaines... Une pression vient prendre mon cœur...Deux semaines, je n'entends plus rien, je ne m'entends plus respirer, je n'entends plus mon cœur battre...Elle...Elle est là. Son regard posé sur moi, je ne sais plus, le noir m'emprisonne...Deux semaines...La milice n'est plus là...Deux semaines...Où suis-je ? Où suis-je?Où suis-je? Qui suis-je?


Argh !! Le bruit du tonnerre m'a réveillé de ma rêverie, la pluie a noyé ma chambre...Que suis-je bête, quel rêve. Je n'y vois rien, où sont mes lunettes. Reprenons nos esprits, mon souffle se calme, je suis dans mon lit.
Je me suis bien rendu sur le lieu du massacre, mais la milice n'y était plus, j'ai menti au garde qui ne me semblait pas plus futé qu'une huître, pour une fois, pas besoin de sortir la bourse. La taverne sentait fortement le renfermé, la poussière avait pris place dans ce royaume désertique, j'entendais parfois les griffes des rats ou des souris sur le plancher, qui craquait généreusement à chacun de mes pas. Il n'y avait rien de bien important qui puisse faire avancer l'enquête. La milice avait tout nettoyé d'après les dires du garde , il m'a aussi soufflé qu'il y avait plus de 40 victimes, les experts s'étaient amusés à réunir les yeux ensemble...Voilà tout ce que je sais pour le moment...Depuis deux semaines que le crime a eu lieu, la milice n'avance pas, mais la bête ne semble pas avoir frappé, peut-être n'était-elle que de passage dans la ville, la faim ayant prit son estomac ,elle en a dévoré une taverne. Mais j'attends,chaque nuit ,je guette les ruelles, les rues, les avenues. Mais tout le monde semble avoir oublié, je me rendrai à la milice quand j'en aurai le temps, mon boulanger, mon propriétaire en quelques sortes, a besoin de mon aide. Enfin j'ai un travail,ça faisait bien longtemps, peut-être qu'avec cette argent ,je pourrai trouver un autre logement, la moisissure et l'humidité commencent à le délabrer. Le silence semble avoir prit la nuit, plus un bruit, le tonnerre semble s'être éloigné, la pluie calmée, mais la nuit se fait encore plus noire. Demain,j'irai à la milice, peut-être que j'aurai d'autres informations...Demain mon seul jour de congé depuis deux semaines, deux semaines que je travaille comme un forcené dans la boulangerie. L'orage est passé, recouchons-nous, nous verrons de quoi est fait demain.
Répondre en citant
  #4  
Ancien 24/04/2011, 12h32
Avatar de GrayPride
GrayPride GrayPride est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : September 2010
Lieu: Avant mes empreintes
Messages: 216
Envoyer un message avec Skype™ à GrayPride
Par défaut

"Le réveil se fis difficile, la ville semblait en activité ce matin. Un mal de tête prit mon esprit ce matin. Ah! Mais je n'ai pas oublié ,aujourd'hui c'est la fête dans les rues de la ville. Alala! Que ne feront-ils pas histoire de boire...? Le réveil est vraiment difficile ce matin, la ville s'agit de plus en plus. J'irai voir cela ce soir, d'abord je dois aller travailler, je sens que la demande de pain va augmenter aujourd'hui .


La journée quelle calvaire ! Je n'ai pas cessé de travailler ! Quel enfer ! Ce soir ,je me rends dans les rues de la ville pour fêter tout ça...Ca va me soulager de me balader dans les rues de la ville ce soir, et surtout de boire un peu. Avec modération bien-sûr .



Quelle heure est-il ? Oh le mal de tête que je me paye...J'ai encore trop bu...Vite, au lit, demain est un autre jour. Je ne sais pas si demain j'aurai la force de travailler encore, quelle idée de faire une fête. Que ne feront-ils pas histoire de boire? Bref, demain je sens que la journée va être longue et dure.


Sueur froide, respiration accèlérée. Quelle heure est-il ? La ville semble endormi. Où sont mes lunettes? AH! Le mal de tête. La ville semble bien silencieuse ce soir, c'est assez plaisant, j'aurai apprécié si je n'avais pas ce mal de tête important. C'est la dernière fois que je bois comme ça, mais au moins ça m'a permit de retrouver le sommeil. Un rire...Non, j'entends ce rire, serait l'alcool qui me faisait ça ? Reprenons nous esprit. Non,ce n'est pas l'alcool ,j'entends toujours ce rire ! Elle est de retour ! Elle est de retour !!! Son rire est encore là...Elle n'était pas partie, elle est encore là. Son rire,je ne peux pas l'oublier. Fermons tout et attendons demain. Il faudra prévenir les autorités! "




"Des nouvelles affiches,le manège reprends encore des petits hommes en affichent partout et le message est passé dans chaque quartier . Je n'avais donc pas rêvé , la bête a encore frappé. Elle est encore en ville , je n'avais donc pas imaginé ce rire. Elle est de retour ! Mais cette fois, elle a laissé de quoi identifié les cadavres. Il faut que je me réveille , l'enquête dois avancer, je dois savoir qui elle est !! Et vite, demain j'en parle à mon propriétaire et je mène l'enquête par moi-même . Peut-être trouverai-je de l'aide?"
Répondre en citant
  #5  
Ancien 26/04/2011, 20h51
Avatar de LocoDeLaCuite
LocoDeLaCuite LocoDeLaCuite est déconnecté
Sage
 
Inscrit : June 2010
Messages: 168
Par défaut

Deux semaines...Il n'aura fallu que deux semaines pour accabler de malheur ma famille déjà abattue par la tragédie.

Ce soir, la bête c'est moi!

Je me tiens aujourd'hui devant l'un des écriteaux placardé par ces bons à rien de miliciens. En lisant encore une fois ces mises en garde dénuées de sens, je pense à ces deux dernières semaines.

Ce matin là était un matin comme les autres, je me réveille avec un mal de tête me rappelant mes abus de la veille. Je titube vers la cuisine afin de préparer un café. Lorsqu'il sera prêt j'irais réveiller mon petit frère, je sais qu'il en aura autant besoin que moi car, comme tous les samedis soir, lui et moi faisons la tournée des tavernes en se trouvant toujours une occasion de fêter quelque chose. Et, comme tous les lendemains matins, nous nous réveillons avec ce mal de crâne horrible qui passera avec un bon café et la tranquillité du dimanche matin...mais pas ce matin là!

Alors que nous prenions le petit déjeuné, insouciants comme à notre accoutumée des faits du monde extérieur, un hurlement vint ébranler notre banal et paisible réveil. Ce cri était tellement empli de terreur qu'il était impossible, même pour nous, de l'ignorer.

Au dehors, on aurais dit que la fin du monde venait d'être annoncé. Et ce n'était pas loin de la vérité car il s'agissait bien de la fin de NOTRE monde. Ce monde, si tranquille, si paisible. Ce monde que mon frère et moi cultivions depuis la mort de nos parents.
Une foule pas croyable s'agitait et se bousculait, un brouhaha infernal venait de toute part, impossible de s'y soustraire. En s'approchant d'un groupe de gens rassemblés face à un mur, nous aperçûmes un panneau affiché là par la milice, et il semblait y en avoir des dizaine d'autre car à chaque coin de rue, des groupes comme celui-ci se formaient.
L'écriteau faisait mention d'un carnage qui avait eu lieu à la taverne de l'Éventreur, un massacre morbide qui avait fait de nombreuses victimes dont seuls les yeux étaient encore présents.

Troublés mais non paniqués, car ce n'était pas là notre nature, nous retournâmes à notre appartement en se disant que nous avions eu de la chance car nous avions visité cette taverne plus tôt dans la soirée. Là, mon frère s'est arrêté net: nous étions avec notre cousin et l'avions laissé chez Jack en compagnie de plusieurs de ses amis.
En toute hâte, nous nous rendîmes chez notre tante voir s'il était bien rentré. Nos craintes étaient fondées. Ma tante nous confirma qu'elle n'avait pas revu son fils depuis la veille, elle était au courant de l'évènement mais s'était convaincue qu'il était certainement rester dormir chez un ami et qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter.
Alors nous ne l'avons pas inquiétée, lui disant qu'elle était sans doute dans le vrai.
Mais ce n'était pas le cas: notre cousin n'a créché chez aucun de ses amis et n'est jamais rentré.
Nous le connaissions peu mais nous étions fort attristés pour ma tante qui, aujourd'hui encore, attend patiemment le retour de son fils.

Le temps passa, l'enquête n'avançait pas mais chacun semblait être passé à autre chose, y compris mon frangin.
Il y a maintenant quatre jours, la fête était annoncée en ville mais je n'avais pas le cœur à la fête. C'était la première fois que ça m'arrivait, j'avais un mauvais pressentiment. Naturellement, mon frère voulu y aller, je lui fit part de mon mal aise mais il n'en fit pas cas. Pourquoi l'eut-il fait? Il réussit à me convaincre d'y aller, que cela me changerai les idées et que, en tant que digne membre de la famille DeLaCuite, je devais aller de l'avant et mettre de coté les idées noires.
Ainsi, nous allâmes à la fête. Celle-ci battait son plein, les décorations étaient nombreuses, la joie et la gaité étaient omniprésentes.
Moi je ruminais, je regardais les enfants rires et leur parents avec eux, mon frère s'amusait et alpaguait la plupart des filles que nous croisions.

C'est là que je le vit.

Cet homme semblait errer,seul et un brin éméché. Je ne su pas d'abord pourquoi il m'intriguait à ce point. Il était plutôt banal, dans la trentaine, et de taille allongée, son teint légèrement bronzé laissait penser qu'il était originaire du sud du pays, ses vêtement ne laissaient pas paraitre une quelconque richesse. Non, il n'y avait rien de très original chez cet homme... puis je croisa son regard. C'est son regard qui me percuta, bien que l'alcool voilait quelque peu ses yeux de couleur marron, quelque chose en lui me perturba. Je compris enfin ce qui me troublai tant: son regard était pareille au mien!
Tout deux étions des errants parmi cette foule insouciante, tout deux cherchions à faire la même chose que le reste de la population, c'est à dire oublier.
Après qu'il eu disparu à un coin de rue, je décida boire. Boire comme je n'ai jamais bu. Et j'ai réussit...pour mon malheur. Car l'alcool me fatigua rapidement et je décida de rentrer me coucher, laissant mon petit frère s'amuser encore un moment, ce que je n'aurai jamais fait au vu des récents évènements. Jamais je ne l'aurais abandonné, j'ai toujours veillé sur lui et il aurait toujours dû en être ainsi.

Le lendemain matin était un matin comme les autres, je me réveille avec un mal de tête me rappelant mes abus de la veille. Je titube vers la cuisine afin de préparer un café. Lorsqu'il sera prêt j'irais réveiller mon petit frère...où est mon frère? Mon frère sur qui j'ai toujours veillé n'est pas là, sous ma surveillance.

Dehors, le monde s'agite, un hurlement se fait entendre...et mon frère n'est pas là!
Cette fois, "seuls leur mains et pieds sont manquants"..."l'identification est donc réalisable"...Merci la milice! Je suis heureux de pouvoir réaliser que j'ai laisser mon frère aller au devant d'une mort certaine!

Je me tiens aujourd'hui devant l'un des écriteaux placardé par ces bons à rien de miliciens. Je me taillade la main et, avec l'aide d'une plume d'oie, j'inscris en lettres de sang mes corrections:



La joie et l'insouciance m'ont désormais quittés, seule la rage vit maintenant en moi:

Ce soir, la bête c'est moi!


__________________
GnomesVoleursDeSlips (s2)
Bonus or:98% Bonus exp:108%



RP en cours: Il y a comme un rire...

Dernière modification de LocoDeLaCuite, 27/04/2011 à 18h20
Répondre en citant
L'utilisateur suivant remercie LocoDeLaCuite pour son message :
  #6  
Ancien 28/04/2011, 09h50
Avatar de LocoDeLaCuite
LocoDeLaCuite LocoDeLaCuite est déconnecté
Sage
 
Inscrit : June 2010
Messages: 168
Par défaut

Je suis seul.

Ma chambre est vide et froide. Tous les volets sont clos et les bougies éteintes. Aucun feu n'a brulé dans la cheminée depuis ce jour là, dans l'âtre demeure une bûche carbonisée. Une odeur de cendres froides embaume la maison. Rien ne laissait penser qu'il y a encore peu de temps, des amis venaient nous rendre visitent tous les jours à l'improviste. Nous chantions, nous riions et buvions tout au long de la journée et de la soirée, nos nuits étaient bersées au rythme de nos respirations calmes.
Plus de joie, plus de musique, plus de rires, plus d'amis... Plus de frère...

Je suis seul.

Aucune avancée dans l'enquète sur l'identité du coupable, cette bête sauvage responsable déjà de deux bains de sang. Hormis une information qu'a dénié révéler la milice: dans la taverne de Jack ont été dénombrées 40 victimes... La belle affaire!
Que suis-je sensé faire avec cette révélation? Moi qui demande réparation et désire égorger de mes propres mains le meurtrier de la personne qui m'était le plus chère, que dois-je en déduire? Que le monstre qui a fait ce carnage a choisi ce nombre parce qu'il a du mal a assumer la crise de la quarantaine? Peut-être devrais-je alors frapper à la porte de tous les hommes de 40 ans et leur arracher la tête? Ce serais une belle ironie: Loco, hier si jovial et aimé de tous, toujours près à aider son prochain et à rendre le sourire aux personnes attristées, serait devenu le genre de monstre sanguinaire et sans coeur qu'il a toujours méprisé.
Voilà que je divague! Ma rage bouillone en moi, cette frustration de ne pouvoir se venger, cette haine de soi de n'avoir pu protéger la personne qu'on aime le plus au monde.

Alors je reste seul.

Seul, avec la colère comme seule compagne. J'en suis venu à désirer ardemment que la bête frappe à nouveau, peu m'importe qu'elle fasse de nouvelles victimes, peu m'importe que d'autres que moi souffrent. Au moins j'aurai la chance de l'attraper et d'assouvir enfin ma vengeance, de lui faire subir les pires tortures pour le mal qu'elle m'a fait.
Alors, chaques nuits, j'arpente les rues au hasard, guettant le moindre bruit, le moindre cri, le moindre rire. Car je suis certain que c'est le genre de bête sadique à rire de son ignominie.
Et à l'aube, je rentre chez moi. Encore une fois, aucun bruit, aucun cri, aucun rire. Je rentre chez moi et m'assois sur mon siège, et encore une fois...

Je suis seul.

Cette nuit peut-être, ou encore demain, entendrai-je un rire cruel et vicieux. Alors un sourire naitra à nouveau sur mes lèvres et la haine luira au fond de mes yeux.
Oui, cette nuit peut-être...
En attendant...

Je suis seul!
__________________
GnomesVoleursDeSlips (s2)
Bonus or:98% Bonus exp:108%



RP en cours: Il y a comme un rire...

Dernière modification de LocoDeLaCuite, 28/04/2011 à 12h00
Répondre en citant
L'utilisateur suivant remercie LocoDeLaCuite pour son message :
  #7  
Ancien 03/05/2011, 03h45
Avatar de GrayPride
GrayPride GrayPride est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : September 2010
Lieu: Avant mes empreintes
Messages: 216
Envoyer un message avec Skype™ à GrayPride
Par défaut

"Comme prévu, je me suis rendu à la milice. L'accueil fut exactement comme je l'avais imaginé, chaleureux et enfantin, il ne faut pas trop espérer de l'être humain . Aucune information n'a filtrée... Mais j'ai réussi à dérober une affiche qui semblait avoir été barbouillée par un habitant de la ville...Je la lirai chez moi, cachons-là sous mon manteau et partons comme si de rien n'était. Discrètement,je passe si inaperçu.


Il est tard,j'ai travaillé toute la journée...Mon travail me pompe toute mon énergie...Quel calvaire ! Mais ainsi est faite la vie...Je ne pourrais pas loger dans cet appartement, miteux et moisi sur les bords; après tout , c'est entièrement ma faute... L'odeur de renfermé est de plus en plus forte chaque jour ,j'ai beau aéré ,elle ne part pas. Elle est toujours présente comme une compagne, une femme dont je ne désire pas l'alliance, mais elle essaye de combattre ma maîtresse la poussière. J'avais quelque chose à faire ce soir...Réfléchissions, prenons le temps et réfléchissions. Mon bureau...Comme à son habitude, rempli de choses inutiles: des feuilles, des plumes, des pots d'encres...La peau de mes doigts n'a plus la même couleur, elles deviennent de plus en plus bleu violet...Mmh...Qu'est ce que donc que ce parchemin..Il est nouveau, semblant en bon état . Oh suis-je bête? C'est l'indice volé ! Lisons-le !


Mmmh...Intéressant ! Nous irons lui rendre visite . "L.D.L.C" ces initiales me sont étrangères...Je n'ai jamais entendu parler de cette famille, bon,je ne suis là que depuis presqu'un an maintenant...Un an que je vis dans cette misère ambiante, mais tout cela ! C'est ma faute ! Entièrement ma faute ! La responsabilité de ma vie, ma faute. Demain jour de congés, nous irons lui rendre visite ! Un jour de congés encore avec Elle.


Matin paisible et maussade . La brume a emprisonné la ville ,l'hiver arrive à grand pas,l'air est glaciale , la ville semble endolori ,l'hibernation va bientôt commencer . Il serait temps que je pense à m'acheter des vêtements chauds, ma veste ne me suffit plus pour me protéger de la morsure du vent . Ah ! Je passerai aussi chez le cordonnier, mes chaussures me supplient de les soulager. J'avance doucement dans les rues de la ville à la recherche de ce dit " L.D.L.C" ,j'espère qu'il sera là... Maudites chaussures, ne me lâchez pas ,je vous prie . Si il n'est pas là,j'ai prévu un mot à lui glisser quelque part,enfin quelque part ou autre part. Ah ! Encore une bourrasque de vent,je ne serai y resté plus longtemps.J'ai froid! A mon retour, direction le cordonnier et le magasin de vêtements ! Oh ! Le froid me dévore de plus en plus.


J'ai frappé à la porte, aucune réponse, j'ai réitéré mon acte,toujours aucune réponse. J'ai attendu dehors dans le froid à la recherche d'une sonnette mais rien, il n'y avait rien ! La maison semblait vide ! Me suis-je trompé ? Je ne l'espère pas ! ¨Peut-être est-il parti de la ville?...Et mes chaussures remplies d'eaux...Tant pis! Je tends, je vais quand même jeter un dernier regard...Toujours rien, la maison semble abandonnée et morte. Tant pis ! Je glisserai le bout de papier sous la porte .
Direction le cordonnier et le magasin de vêtements d'hiver, l'hiver est arrivé . Le froid me dévore les os ".



Dernière modification de GrayPride, 08/05/2011 à 21h08 Raison: Correction
Répondre en citant
  #8  
Ancien 11/05/2011, 10h30
Avatar de LocoDeLaCuite
LocoDeLaCuite LocoDeLaCuite est déconnecté
Sage
 
Inscrit : June 2010
Messages: 168
Par défaut

La seule chose dont je suis sûr, c'est que cet homme est bien peu soigneux! C'est quoi son nom? Erick? Ah foutu note pleine de taches de doigts, il aurait pu ce laver les mains... Mais qu'est ce qu'il me prend? Comme si j'en avait quelque à faire...J'enrage de ne pas avoir été présent lors de la venu de cet inconnu, depuis le temps que j'attend un signe, le moindre signe! Malheureusement, j'étais à nouveau sorti traquer le meurtrier de mon frère sans résultat.

J'ai volontairement laissé mes initiales sur l'affiche afin qu'il soit plus facile, pour quelqu'un qui auraient des information ou même à la bête, de remonter jusqu'à moi. Apparement ce n'est pas la bête qi m'a laissé ce mot, je ne pense même pas qu'elle m'en aurai laissé. Elle m'aurai sûrement attendu sagement dans l'ombre de cette maison désormais continuellement plongée dans les ténèbres, et se serai jetée sur moi. Cela n'aurai pas été une si mauvaise chose, je suis toujours sur mes garde en rentrant, me préparant à cette éventualité. Alors le moment de vérité serai arrivée, la confrontation entre elle et moi, entre ma vengeance et sa faim, entre ma victoire et ma mort. Dans tous les cas, j'en aurai été heureux car, même si...non: même APRES l'avoir achevée, mon coeur restera noir à jamais.

Mais ce n'est pas elle qui est venue, elle ne m'aurai certainement pas laissé un mot poli m'invitant à la retrouver...où??? A la boulangerie? Quel endroit étrange pour un randez-vous!
Enfin quoi qu'il en soit, je ne vais pas me soustraire à cette invitation, je suis curieux de savoir qui est cet Erick et surtout ce qu'il a à m'apprendre...


Ainsi c'était lui!
Je me suis rendu à la boulangerie du quartier nord, un peu en avance car je ne pouvait écarter la possibilité d'un piège, de la bête ou de la milice, car, eux-aussi, aurait très bien pu remonter jusqu'à moi pour m'empêcher de poursuivre le monstre.
Je comprend maintenant pourquoi un lieu de rendez-vous aussi bizarre, cet homme est employé ici et voulais que je le retrouve après la fermeture. Je n'aurai jamais penser que c'était lui. Cet homme qui m'avait si perturbé le soir de la fête de la ville...le soir où j'ai abandonné mon petit frère.

A la clôture de la boulangerie, nous sommes retournés chez moi, l'endroit est certainement le plus discret de la ville, ça fait des semaines que je n'ai pas réouvert les volets et aucun habitants ne s'en approchait désormais.
Qui est-il vraiment? Dois-je lui faire confiance? Et si oui, en quoi va t-il m'être utile?
Je ne lui est pas adressé la parole de tout le trajet, je ne me suis montré aucunement sympatiqueet ai complêtement ignoré ses questions. Cela ne me resemblait guère, cet homme ne m'avait rien fait et ce montrait poli et compatissant. Une fois, il à fait référence à la mort demon frangin mais s'est vite tu sous les assaults de mon regard menassant.

Arrivé à la maison, je le laisse prendre place sans mots dire. Je m'installe face à lui, tout aussi silencieusement et la considéra longuement.
Il est clair que mon amertume le m'était mal à l'aise, il transpirait légèrement et évitait mon regard. Je me rend compte que je suis dur avec lui, mais l'être jovial et amical que j'était n'est plus, plus de gentillesse, plus de sympathie!... Mais il est inutile de m'en prendre à lui et si nous devons collaboré, j'imagine que je devrais faire un effort:

"_ Je me nommai Loco De La Cuite, ça tu l'as déjà découvert puisque tu es venu ici, mais maintenant tu peux m'appeller Nienor*..."


Les présentations sont faites, nous allons pouvoir entrer dans la vif du sujet.
Qu'elle en sera la suite?


__________________
GnomesVoleursDeSlips (s2)
Bonus or:98% Bonus exp:108%



RP en cours: Il y a comme un rire...

Dernière modification de LocoDeLaCuite, 11/05/2011 à 10h32 Raison: mise en forme et corrections
Répondre en citant
  #9  
Ancien 13/06/2011, 17h11
Avatar de GrayPride
GrayPride GrayPride est déconnecté
Grand sage
 
Inscrit : September 2010
Lieu: Avant mes empreintes
Messages: 216
Envoyer un message avec Skype™ à GrayPride
Par défaut

Citation:
Envoyé par LocoDeLaCuite Voir le message

Arrivé à la maison, je le laisse prendre place sans mots dire. Je m'installe face à lui, tout aussi silencieusement et la considéra longuement.
Il est clair que mon amertume le m'était mal à l'aise, il transpirait légèrement et évitait mon regard. Je me rend compte que je suis dur avec lui, mais l'être jovial et amical que j'était n'est plus, plus de gentillesse, plus de sympathie!... Mais il est inutile de m'en prendre à lui et si nous devons collaboré, j'imagine que je devrais faire un effort:

"_ Je me nommai Loco De La Cuite, ça tu l'as déjà découvert puisque tu es venu ici, mais maintenant tu peux m'appeller Nienor*..."


Les présentations sont faites, nous allons pouvoir entrer dans la vif du sujet.
Qu'elle en sera la suite?
J'ai donc suivi cet homme jusqu'à chez lui...Etrange comportement de sa part,mais je ne dirais mot de plus. Son pas étais plus rapide que le mien bien qu'on m'aies souvent dit que je marchais lentement...Je le suivais non sans peine, mais ne le perdant jamais de vue ! Il avait une allure bien renfrognée mais ça ne me dérange pas sans plus,n'étant moins même que très peut causant,je ne voulais engager de conversations avant d'être sûr que nous soyons cacher de tous !

Je m'installe là où il me l'indiquant et il se présenta :
"Bonsoir Nienor,je suis Erick comme vous l'avez surement lu sur le papier que j'ai posté chez vous. Je suis venu vous voir pour parler de cette bête ! Que savez-vous d'elle ?

Cet homme ne m'inquiétait pas plus que cela. Sa demeure sentait encore plus le renfermé que chez moi,c'est étrange. Il semblait vraiment détruit,ses cernes parlaient pour lui.

Dernière modification de GrayPride, 13/06/2011 à 17h13
Répondre en citant
Répondre

Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé

Navigation du forum


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 19h17.


Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright © by 'Playa Games GmbH'